AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


N'oubliez pas de passer de temps en temps sur la chatbox pour faire connaissance avec les autres membres. Bonne ambiance assurée !
Pour aider le forum, n'hésitez pas à en faire la pub ou à poster un petit message ici
Bienvenue sur Let's Get Ugly I love you

Partagez | 
 

 gonna make it allright but not right now ϟ CASTIEL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité



MessageSujet: gonna make it allright but not right now ϟ CASTIEL   Dim 5 Fév - 13:27



Castiel-Ann & Erza
How the hell did we wind up like this ? Why weren't we able to see the signs that we missed, and try to turn the tables... I wish you'd unclench your fists and unpack your suitcase... Well I hoped that since we're here anyway we could end up saying things we've always needed to say, so we could end up stringing. Now the story's played out like this just like a paperback novel. Lets rewrite an ending that fits, instead of a hollywood horror.
© mythic curse

Nouvelle adresse, nouvelle vie. Tout ou presque avait changé depuis son départ, et pourtant, Erza revenait toujours à elle. Un brin de pensée, une odeur familière qui lui serait liée, il avait encore Castiel dans la peau, mais se refusait d’y penser. La femme qui l’avait réveillée d’un baiser ce matin là n’était pas elle, la brune ayant décliné l’offre en faisant sa valise quelques années plus tôt. Pourtant, qu’ils auraient pu être beaux, ensemble ! Tout le monde le lui avait dit, une fois l’objet de ses désirs envolé. Comme ils avaient tous espéré que quelque chose se passe, entre eux, qu’ils les voyaient déjà se balader main dans la main dans les rues de Monroe… il l’avait embrassée, vous savez, pour la faire rester. Près de lui. Seulement la jeune femme n’avait pas du comprendre, entendre ce cœur battant pour elle, cette ferveur avec laquelle il l’aimait depuis des années. Non, elle n’avait sûrement pas du… ou pas voulu. Et elle n’avait jamais fait demi tour. Pas même un mot, pas même une lettre, un coup de téléphone. Après toutes ces années, Castiel avait simplement coupé les ponts, refusant de laisser les traces du passé dans cette nouvelle vie qu’elle tentait de construire. Tant pis. « Je vais sûrement être en retard cet après midi, mais tu veux bien commencer sans moi ? Castiel-Ann est très demandée en ce moment, si on loupe nos rendez-vous j’ai peur qu’elle nous glisse entre les doigts. S’il te plait ? J’aurais une heure de retard, tout au plus… » si seulement elle savait. Abby tenait dur comme fer à ce que la brune organise leur mariage dans les détails, et au départ, Erza avait été d’accord sur toute la ligne. L’organisatrice dont il avait entendu parler semblait avoir de très bonne idée, et ravir sa future femme, quoi de mieux ? Seulement lors de la fameuse première rencontre… non, il n’avait pas su expliquer à la blonde qu’il connaissait cette femme. Tout simplement parce qu’il ne la connaissait plus. Celle qu’il avait aimée plus que quiconque des années plutôt s’était envolée sur un quai de gare, et la femme qui se trouvait aujourd’hui devant lui n’était… qu’un vague souvenir de ce qu’il avait connu. Alors pourquoi son cœur battait-il autant ?

De service toute la nuit, le pompier n’avait cessé de ressasser ce qui pourrait être la confrontation du lendemain. Il avait de nombreuses fois hésité à envoyé un simple message pour tout annuler ; dire à Abby que le rendez-vous avait été reporté ne lui couterait pas grand chose finalement. Mais il était tout bonnement incapable de presser la touche envoie. Non, il avait besoin de réponses, réponses aux questions qu’il n’avait jamais posé, réponses qui lui permettraient probablement d’avancer. Alors il était rentré au petit matin, avait fait l’amour à sa fiancée, sans aucune pointe de culpabilité ou de gêne d’avoir pensé à une autre qu’elle une partie de la nuit, et s’était endormie en l’entendant démarrer sa voiture dans la rue. Castiel n’était plus qu’un point d’interrogation, une constante instable là où Abby était son futur, son point d’ancrage, sa stabilité. Dans quelques mois, il épouserait cette femme, et si la brune voulait s’occuper des préparatifs, qu’à cela ne tienne… il irait. En se réveillant quelques heures plus tard, l’anxiété était pourtant palpable. Après tout, ils ne s’étaient pas retrouvés seuls quelque part depuis… son départ. Idée angoissante que de ne plus avoir à jouer le jeu des inconnus, et de devoir la confronter. L’heure tournait trop vite, il n’avait pas le temps de se préparer psychologiquement à la tempête qui allait s’abattre sur lui dans quelques temps. Et déjà, il se rendait au point de rendez vous…

La salle de réception rattachée au Fiddleheads Restaurent était vide à cette heure, le service du midi étant déjà terminé et la salle, de toute manière, rarement utilisée hors des grandes occasions. Un serveur lui proposa un verre pour patienter, chose qu’il accepta volontiers, le stress montant. Quasiment seize heure à sa montre, il avait un bon quart d’heure d’avance, et pensait pouvoir se calmer un peu avant l’arriver de la brune. Seulement déjà, la porte s’ouvrait sur le maitre des lieux et une voix, derrière lui, qu’il saurait reconnaître entre toutes. Castiel. « M. Grimes, je vous laisse avec Mlle. Fawkes pour les détails, n’hésitez pas à passer par mon bureau pour toute question. » Serrant machinalement la main tendue du directeur du restaurant en le remerciant, Erza le regarda rebrousser chemin, avant de poser vaguement son regard sur l’organisatrice du mariage. Comme il aurait voulu la trouver changer à ce moment précis ; comme il aurait voulu ne pas la trouver belle. « Tu es en avances. » Seule chose qu’il réussit à articuler comme un reproche alors que lui même se trouvait là bien avant l’heure convenue, il porta son verre à ses lèvres, s’éloignant. Abby… pourquoi n’es-tu pas là ?



Dernière édition par Erza G. Grimes le Dim 5 Fév - 20:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: gonna make it allright but not right now ϟ CASTIEL   Dim 5 Fév - 16:15



like a knife
these streets are filled with memories both perfect and in pain
————————————————————————————————————
Réveil difficile dans les bras de l'homme qui partage mon existence alors que pour la première depuis des mois j'ai rêvé d'un autre homme, toi. Cet homme que j'ai tant de fois attendu l'arrivée mais qui ne fut réalisé que dans mes rêves les plus désespérés. Cet homme dont je garde encore la brulure de son baiser sur mes lèvres qui ne demandent encore à y regouter. Cet homme que je ne pensais jamais revoir pire dont je pensais guérit. Mais il a fallut d'une simple rencontre pour venir à douter de la femme que je suis aujourd'hui. Assisse dans mon lit je sens la solitude me happer tout en la chair de poule lécher ma peau alors que tétanisée par mes propres sentiments je n'oppose aucune résistance à cela. Je ne sens même pas le bras de Nate s'enrouler autours de ma taille pour me forcer à me blottir contre lui. En un seule réponse il n'a droit qu'à un sursaut de ma part qui laisse un soupir s'échapper de sa bouche. Ma tête se tourne vers lui alors que l'inquiétude brille dans son regard tout en me donnant la nausée. Et si notre retour Monroe n'était pas aussi bien que nous le pensions ? Nous partageons cette question muette qui nous ronge dans le creux de notre intimité. Vidée de mes forces, je laisse ma tête tomber dans le creux de sa nuque alors qu'il referme ses bras contre moi de peur de me voir disparaître. Je ne peux gâcher tout ça pour toi ? Non je le peux alors que dans la chaleur de Nate je me sens vivante comme jamais. Il l'aime j'en suis certaine et je l'aime aussi mais autant que je t'ai aimé … Je ne peux répondre à cette question qui me tourmente même si le doux parfait de mon homme dont la main glisse sur mes courbes pour me faire gémir de plaisir. Mes lèvres trouvent les siennes et j'arrive à enfin a effacer ton image de mon esprit alors que je deviens sienne. Nos âmes se mêlent tout en laissant mes tourments loin de moi mais surtout de nous. Je me sens vivante dans ses bras, je sais que mon départ pour New York ne fut pas une erreur. Mais pour combien de temps. Il happe chacun de mes doutes par ses caresses alors que je me laisse aller sans penser au temps qui s'écoule et qui me poussera sans cesse vers toi. Toi qui est fiancé … Toi dont j'organise le mariage !

Nate est déjà parti au travail tout en me laissant seule devant ma glace avec comme seul habit une serviette enroulé autours de mon corps qui n'a absolument rien d'attirant. Une petite poitrine, des hanches légèrement dessinées, une silhouette digne de mannequin … Mais qui a dit que les mannequins étaient des modèles de beauté quand on voit la chair s'écraser contre leur os sans prendre la peine de cacher ce spectacle morbide à la vue des autres. Soupirant je ne peux ignorer les cernes violettes qui pendent sous mon visage signe de mes insomnies fréquentes depuis mon retour mais surtout depuis notre rencontre. Fouillant dans la bazar qu'est l'empilement de mes produits de beauté j'arrive en une bonne demi-heure à être présentable. Une robe noire suffit à faire de moi l'organisatrice de mariage aimée d'un grand nombre. Attrapant mon portable, je ne peux que soupirer en voyant les rendez-vous que je vais enchainé durant toute la journée. Pourtant à travers tous les rendez-vous que j'ai, un seul attire mon attention pour être le tien. Partagée entre joie et appréhension, mon corps se fige alors que j'en viens presque à trouver une excuse bidon pour annuler le rendez-vous. Mais tu as le droit d'être heureux tout comme elle. Cette idée me donne la nausée … A l'époque j'aurais tout donné pour que tu ne m'oublie jamais, tu vois je pensais que tu étais différent des autres et voilà que quelques années je te trouve avec une autre que tu as rencontré quelques mois après mon départ. Je deviens une autre par ta faute ! Une autre détestable que je me dois de faire disparaître même si pour cela je dois te fuir à jamais. Je n'ai jamais envié les autres, pourtant à cause de toi j'en viens à envié ta charmante blonde en tout point adorable. Mes doigts se crispent sur mon portable alors que résignée je quitte ma maison pour le restaurant que ta fiancée affectionne tant. Prions pour que tu ne sois pas là !

Au restaurant le gérant m'attends avec un sourire chaleureux qui me force à être de bonne humeur en sa compagnie. Sous ses blagues dont la plupart ne furent pas drôle malgré mon rire, je sens le brouillard de mes doutes s'en aller au loin pour me laisser tranquille. Plus le temps, plus je trouve la force de t'affronter et d'oublier ce passé qui me lie à toi. Je ne suis plus la Castiel que tu as connu, je ne suis plus la gamine idiote que tu as aimé. Je suis différente et amoureuse d'un autre. Pourquoi ces phrases sonnent fausses dans ma tête alors que entrant dans la salle de réception je te retrouve assis avec ta nonchalance que j'ai toujours aimé chez toi ? « M. Grimes, je vous laisse avec Mlle. Fawkes pour les détails, n’hésitez pas à passer par mon bureau pour toute question. » NON ! Je vous en supplie ne me laissez pas seule avec lui. J'hurle intérieurement alors que quelques secondes nous nous retrouvons seuls dans un lieu magnifique … J'avale avec peine ma salive tout en m'approchant de toi alors que tu me fixe d'un regard sans expression que je déteste au plus au point. « Tu es en avances. » Je manque de m'étouffer sous ton reproche alors que ma main se tend dans ta direction par pure politesse. Tu n'es qu'un de mes clients … Si seulement c'était aussi simple que ça. « Je peux te le retourner. Enchantée de te revoir tout de même. » Un mince sourire se dessine sur mes lèvres alors que je tente par tous les moyens d'apaiser l'ambiance lourde de sens qui pèse sur nous. Je me dois d'être professionnelle … « Abbigail n'est pas là ? Car je devais lui faire une proposition pour les fleurs à moins que vous en ayez discuter tous les deux. » Je deviens mielleuse alors que j'aimerais te crier tant reproche au visage. Mais nous avons changé, nous sommes des gens réfléchis à présent … Le temps aide à oublier mais quand oublier devient impossible quel choix nous reste-t-il ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: gonna make it allright but not right now ϟ CASTIEL   Mer 8 Fév - 16:28



Castiel-Ann & Erza
How the hell did we wind up like this ? Why weren't we able to see the signs that we missed, and try to turn the tables... I wish you'd unclench your fists and unpack your suitcase... Well I hoped that since we're here anyway we could end up saying things we've always needed to say, so we could end up stringing. Now the story's played out like this just like a paperback novel. Lets rewrite an ending that fits, instead of a hollywood horror.
© mythic curse

L’idée même qu’elle puisse être le témoin du bonheur qu’il vivait consumait Erza à petit feu. Castiel n’avait tout simplement pas le droit de s’imposer de nouveau dans sa vie, elle se devait de comprendre qu’il ait avancé, qu’il ait… tourné la page. Voilà, il était déterminé à lui dire, aujourd’hui, alors qu’ils serraient seuls. En sortant de sa voiture aux portes du restaurant, le brun prenait la décision de l’écarter de tout cela. Il lui dirait de partir, de refuser ce travail, de trouver une excuse, n’importe quoi, pour qu’Abby ne pose plus de question, et ne cherche pas à la retenir. N’importe quoi, pour ne plus avoir à respirer ce même air qu’elle. Seulement… seulement plus l’heure avançait, plus il se rendait compte à quel point il était incapable de lui demander une chose pareille. C’était tout bonnement inimaginable de lui donner autant d’importance, pas après tout ce temps, pas aux yeux du monde, pas même si elle avait, cette importance. Non, il devait faire comme si son retour ne l’affectait pas, comme si elle n’était plus cette même femme que celle qu’il avait embrassé sur un quai de gare. Il devait penser à son futur, sans tâches, qu’il avait imaginé avec sa fiancée. Futur dans lequel Castiel-Ann n’avait aucune place. Pas même depuis son retour dans sa vie. Et pourtant, pourtant, à peine entrée dans la pièce, elle balayait toutes les bonnes intentions qu’il avait. Parce que le jeune homme lui en voulait de faire battre son cœur plus vite, qu’il lui en voulait d’être là… et de ne pas s’interposer à ce mariage. Ne même pas essayer. « Je peux te le retourner. Enchantée de te revoir tout de même. » Un léger rire, plus jaune qu’autre chose, s’échappa de ses lèvres, auxquelles il portait son verre. Qui était-elle pour lui dire une chose pareille ? Enchantée ? Foutaises, la brune était aussi mal alaise que lui dans cette situation, et ne l’aidait certainement pas avec des phrases toutes faites comme celle-ci. Enchantée... Depuis quand était elle aussi condescendante ? L’effet New York, sûrement…

Déambulant dans la pièce, Erza commençait à ce dire que ce lieu était tout simplement inapproprié pour le mariage. Lui qui avait toujours rêvé de quelque chose de simple, dans la petite église près du lac, pour finir par un grand barbecue un jour de printemps… il allait se retrouver dans une église trop grande pour lui, et une salle qui ne lui ressemblait pas, seulement… Abbigail rêvait son mariage ainsi, et il avait fait vœux de la rendre heureuse en lui demandant sa main. Non ? « Abbigail n'est pas là ? Car je devais lui faire une proposition pour les fleurs à moins que vous en ayez discuté tous les deux. » Son nom, dans sa bouche, lui glaça complètement le sang. Comment pouvait-elle être aussi détachée de tout ça ? Castiel et lui parlaient de ces choses là déjà à l’époque, et si lui n’avait jamais osé dire qu’il la voulait elle, en face de lui ce jour là… il le lui avait dit, pourtant. Qu’elle serait une part importante de ce jour, si jamais il se mariait. Qu’il lui demanderait probablement d’être son témoin, une connerie du genre. Voir même mieux… en pensant toujours que mieux serait d’être sa femme. N’y avait elle pas pensé, elle aussi ? « Elle est encore au journal, mais ne devrait pas vraiment tarder. » se retournant vers la brune, croiser son regard devenait difficile. Pourtant, le brun n’arrivait pas à quitter son visage. Quelque chose… quelque chose avait changé, avec le temps. Ses traits s’étaient affinés, elle était radieuse, oui, mais… il y avait ce fond de dureté, qu’il ne lui avait jamais connu. Secouant la tête en finissant son verre, il s’approcha, posant son verre non loin d’elle. « Des lys, je crois qu’elle m’a parlé de lys. Elle veut quelque chose de sobre, élégant. » haussant légèrement, les épaules comme si tout ceci lui était inconnu – ce qui, soit dit en passant, n’était pas totalement faux, il chercha quelque chose dans son regard. Se souvenait-elle qu’il détestait l’odeur des lys ? Se souvenait elle tout simplement de lui, de ses goûts, de ses rêves et ses envies ? Parce qu’il avait encore en tête la marque de ses gâteaux préférés, l’odeur de son parfum, ses rêves pour sa sœur, ses… « Elle ne sait pas, d’accord ? Et elle ne doit pas savoir. » Il avait fait un pas vers elle, décidé. Bien sûr que Castiel savait de quoi il parlait, et qu’il n’avait pas besoin de préciser. Eux. Abby ne savait pas pour eux. Ne devait pas, savoir. Jamais. Encore moins de la bouche de la brune.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: gonna make it allright but not right now ϟ CASTIEL   

Revenir en haut Aller en bas
 

gonna make it allright but not right now ϟ CASTIEL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
VI. OK DUDE, LET'S HAVE FUN FOR A WHILE
 :: the end :: sujets rp
-