AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


N'oubliez pas de passer de temps en temps sur la chatbox pour faire connaissance avec les autres membres. Bonne ambiance assurée !
Pour aider le forum, n'hésitez pas à en faire la pub ou à poster un petit message ici
Bienvenue sur Let's Get Ugly I love you

Partagez | 
 

 'you really miss me, you know...' ♣ calix-arizona

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité



MessageSujet: 'you really miss me, you know...' ♣ calix-arizona   Mar 31 Jan - 20:20


Lorsque l'on est jeune, on ne se rends pas forcément compte à quel point notre vie est précieuse. Après tout, c'est vrai. A dix-huit ans, ce qui nous préoccupe le plus c'est de savoir ce qu'on fera de notre soirée, de savoir qui couche avec qui au Lycée ou encore de savoir quel est le dernier truc à la mode. A dix-huit, on ne pense pas au lendemain. On vit au jour le jour et je dois avouer que cette période de ma vie me manque. J'ai actuellement vingt-six ans et depuis quelques mois, j'ai l'impression d'être entré brutalement dans la vraie vie. Celle qui est belle et bien réelle. Celle qui fait mal, qui blesse, qui vous ôte les choses essentielles. Celle qui vous fait prendre conscience que la vie est un combat constant. Parce qu'il y a quelques mois, j'ai perdu mon meilleur ami dans un accident de voiture. Depuis ma vie ne ressemble plus vraiment à ce qu'elle était. Je me suis enfui dans la musique et le journalisme. Dieu seul sait comment j'ai pu tenir le coup pour poursuivre mes études. J'ai souvent voulu abandonner, mais pour William, pour mon meilleur ami, je ne me suis pas laissé abattre. Non loin de là. J'ai eu mon diplôme et depuis je tente de continuer ma vie. Ou tout du moins, j'ai essayé. Au départ, j'étais pas tout seul après ce drame. Non. Il a fallu que je m'occupe de Calix la petite soeur de William. Je l'ai aidé à ce relever. En silence on c'est soutenu. Notre histoire c'est un peu la théorie des dominos mais à l'envers. Au lieu de se faire tomber, on s'aide à ce relever. Ou tout du moins, on s'aidait. Il y a quelques semaines, on a dérapé. Enfin, c'était juste un baiser. D'accord, j'en crevais d'envie de le faire... Mais j'avais promis à William que je ne toucherais jamais à sa petite soeur. Mais ensuite, elle a disparu. Genre complètement disparue. Il m'a fallu soudoyer le peu d'amis qui nous restaient et ses parents pour savoir où elle partie. J'ai fini par savoir. Maintenant je veux la retrouver c'est tout. Sans elle, tout devient trop compliquer.

Il m'aura fallu moins de trois jours pour me retrouver à Monroe. Je n'ai jamais entendu parler de cette ville auparavant. J'ai quitté mon Boston natal et au final, je pense que ce n'est pas plus mal. Le voyage en voiture fut assez compliqué. Depuis l'accident qui a coûté la vie à William, je fais très très attention au volant. J'en deviens presque parano en particulier lorsque j'arrive au niveau d'un feu de signalisation. Mais j'ai réussi à arriver en vie ! Et cela fait désormais deux semaines que j'erre dans les rues de cette ville pour retrouver Calix. Dès que je croise une femme blonde j'espère secrètement que ce sera elle. Finalement, j'ai reçu un texto d'un ami que nous avions en commun. Il apprit que j'étais parti la cherché et m'as indiqué qu'elle s'est fait embaucher à l'hôpital de la ville. D'un seul coup, mes recherches devinrent plus facile. Enfin. Facile c'est vite dit tout de même. « Bonjour est-ce que Calix-Arizona Spencer travaille ici ? » demandais-je au standard qui se trouve proche de l'entrée de l'hôpital. La femme me dévisage bizarrement avant de plonger son regard sur son ordinateur. « Oui ! Mais elle est en pause pour deux heures ! » finit-elle par aboyer. Mon dieu. Les gens ne sont pas très agréable ici j'ai l'impression. Je hausse les sourcils, mais ne laisse pas tomber. « Ecouter il faut vraiment que je la vois c'est très important, vous ne pouvez pas me dire où je pourrais la trouver ? » lui demandais-je en tentant de l'attendrir avec mon plus beau sourire. Malheureusement, j'ai l'impression qu'elle n'a pas envie de lâcher le morceau. Impatient, je commence à tapoter sur le bureau avec mes doigts. Je vois bien que je commence à l'énerver. Avec le plus de patience possible, je reste sur place tout en regardant un peu partout autour de moi. Au final, le chien de garde finit par me hurler dessus avant d'ajouter que Calix a l'habitude d'aller boire un café en face lors de sa pause. De nouveau, je lui sors mon plus beau sourire. « Merci beaucoup ! » ajoutais-je avant de quitter l'hôpital très rapidement.

Une fois sur le trottoir, je m'arrête une seconde. Je ne sais même pas ce que je pourrais lui dire si je finis par la trouver dans ce fameux café. Est-ce qu'elle veut me voir ? Après tout, je ne sais même pas pourquoi elle a pris la fuite. Elle ne m'a même pas prévu. Alors que je suis tant occupée d'elle. Je ne sais pas combien de temps je reste sur ce trottoir, mais je ne me précipite pas immédiatement. Finalement, une personne me bouscule dans la rue et me fait brusquement revenir à la triste réalité. Je prends une longue respiration et finis par traverser la rue. Sans m'arrêter je pénètre dans l'enseigne de café mondialement connue. L'endroit est plutôt désert ce qui facilite ma tâche. Soudainement, j'aperçois une silhouette que je pourrais reconnaître n'importe où. Ces cheveux blonds qui tombent en cascade, cette façon de s'accouder au bar. Nerveusement je passe une main dans mes cheveux et me rapproche de la jeune femme. Heureusement elle est toute seule, je vais peut être enfin connaître la raison de son départ. Sans bruit, je m'approche de plus en plus d'elle. Tellement discrètement qu'elle ne m'entend même pas alors que je me rapproche de son oreille. « C'est cruel de m'avoir abandonné comme cela Calix... » lui murmurais-je doucement au creux de l'oreille. Au passage, je respire de nouveau la fragrance de son parfum qui m'a si souvent fait tourner la tête...
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: 'you really miss me, you know...' ♣ calix-arizona   Mar 31 Jan - 21:06

Je réglais le goutte-à-goutte de ce patient de la chambre 203 tout en ayant mon regard fixait sur ses paupières fermés et son teint blanchâtre. Il était dans le coma depuis maintenant deux semaines et les raisons de son séjour à l’hôpital m’étaient familières. En effet, d’après ce que les témoins ont pu rapporter, un camion ne l’a pas vu et lui aurait coupé la priorité. Quelques côtes cassées, les deux jambes dans le plâtre mais le plus grave, c’est que sa tête a été touchée violemment et qu’une partie du cerveau a été endommagé. Les médecins disent qu’il y a très peu de chances pour qu’il se réveille un jour et que si par miracle il y arrive, ils ne savent pas s’il sera en pleine possession de ses capacités. C’est une façon plus approprié devant la famille pour dire qu’il sera un vrai légume. Je me rends compte de la chance que j’ai eue. J’aurai pu me retrouver dans le même état que lui et y rester, tout comme mon frère… En travaillant dans cet hôpital, cela me permet de réaliser que je suis déjà très chanceuse d’avoir survécue à mon accident et que ça n’arrive pas toujours qu’aux autres ce genre de drames. Parfois on devient ces autres… Seulement, si je pouvais faire un marché avec le Diable où je ne sais qui, je prendrais sans aucune hésitation la place de mon frère. J’aurai préféré y rester et passer la vie après la mort avec mon frère plutôt que de rester vivante sans pouvoir être dans ses bras à nouveau.

Le rythme cardiaque de mon patient ralenti d’un seul coup. Mon regard se braquait alors sur la machine qui mesurait son pou, il était en chute libre. Je me suis alors empressée d’appuyer sur le bouton d’urgence avant d’aller dans le couloir pour appeler le Docteur Morgan. Avec mon aide et celui d’autres infirmières, nous avons fait le maximum mais cela n’a pas été suffisant. Dieu rappelle à lui les plus braves personnes de ce monde en premier. Peut être leurs offre-t-il un monde meilleur pour les récompenser ? J’ai pu lire sur le visage de mon supérieur son impassibilité. C’est notre métier, nous devons nous y habituer. Nous sauvons des vies et parfois, rien de ce qu’on pourrait faire n’est suffisant. Ses lésions étaient beaucoup trop sévères pour que nous puisons lui venir en aide. Suite à l’annonce du Docteur Morgan, j’ai inscris l’heure du décès sur sa fiche. « Calix, charges-toi d’annoncer la nouvelle à sa famille. » M’a-t-il dit avant d’être appeler pour le bloc opératoire.

Je me suis retrouvée devant la famille aux regards inquiets. Mon visage abasourdi et pale les laissait devenir la nouvelle. « Monsieur Andrews est.. » Ais-je commencé avec peu d’assurance. On peut une simple stagiaire ou avoir vingt ans d’expérience dans le métier, annoncer à la famille la perte d’un de leur membre n’est jamais facile. Ca nous hante toujours et ça peut toujours nous bouleverser. Du moins, c’était mon cas. « Monsieur Andrews a succombé à ses blessures il y a quelques minutes. Nous avons fait le maximum et nous vous présentons nos plus sincères condoléances… » Annonçais-je avec un peu plus de professionnalisme malgré le ton tremblant de ma voix. Comme à chaque fois, la famille a fondu en larmes et a désiré voir la personne pour se recueillir un moment. C’était l’heure de ma pose et j’en avais grandement besoin.

Toujours en uniforme et avec un peu de sang sur le bas de ma blouse, je suis sortie en saluant l’agent de sécurité posté devant les portes comme à mon habitude. J’ai rejoins le café en face de l’hôpital, de l’autre côté de la route, et j’ai commandé un bon café bien serré. Je passais ma main sur mon front en plissant les sourcils, c’était dur. « C'est cruel de m'avoir abandonné comme cela Calix... » Me murmurait une voix que je reconnaitrais toujours. J’ai sursauté, me relevant instinctivement de ma chaise pour le faire face. Ethanaël était bien là, debout devant moi. J’ai tellement été surprise que j’ai cessé de rester pendant quelques secondes. Assez pour me produire un battement de coeur assez violent qui me donnait un léger vertige. J’ai posé ma main sur la table pour me retenir et je l’ai regardé, ébahie. « Comment m’as-tu retrouvé… ? » Ais-je simplement ajouté d’une voix basse. Je mentirai si je disais que je n’avais pas cherché à le fuir, blessée d’être ignoré après notre baiser.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: 'you really miss me, you know...' ♣ calix-arizona   Mar 31 Jan - 22:37


Cela fait un choc de la retrouver ici dans cette ville que je ne connais pas du tout, dans cet endroit qui me semble étrange et mal accueillant. Et pourtant c'est bel et bien dans ce café que je retrouve Calix. Elle est là, accoudée au bar. Elle semble perdue dans ses pensées. Immédiatement, je remarque les quelques gouttes de sang qui ornent le bas de sa blouse. Après tout elle est infirmière cela doit être normal. En faite, je n'en sais rien du tout. Depuis la mort de William et depuis que Calix est sorti de l'hôpital, je n'ai jamais remis un pied dans ce genre d'établissement excepter aujourd'hui. Mais cela été réellement pour la bonne cause. Enfin. Juste en la voyant, je sens que mon coeur à un rater. Je dois avouer que c'est sûrement de ma faute si elle a quitté la ville. Après ce fameux baiser, je l'ai quelque peu évitée. Voir totalement même. J'étais complètement défoncé ce soir-là et j'ai craqué, j'ai laissé aller mes sentiments. Sauf que le lendemain j'ai réalisé la connerie que j'ai faite et j'ai totalement paniqué. Résultat, je n'ai rien trouvé de mieux que de l'éviter totalement. J'avais rompu la promesse que j'avais faite à William. J'ai joué au plus con et je m'en suis voulu tout de suite. Lorsque j'ai voulu aller la voir pour parler de tout cela, elle était déjà partie.

Maintenant me voilà tout près d'elle. J'hésite encore deux petites secondes et finis par me rapprocher tout doucement. « C'est cruel de m'avoir abandonné comme cela Calix... » murmurais-je calmement à son oreille. Je sens son corps frémir à l'écoute de ma voix. Je sais qu'elle n'a pas besoin de se retourner pour savoir que c'est moi. Subitement elle se retourne et l'espace d'un instant nos regards ce croisent comme cela n'était pas arrivé depuis longtemps. Malgré tout, la surprise semble réellement intense pour elle. Je suis persuadé qu'elle ne s'attendait vraiment pas à me voir ici. « Comment m'as tu retrouvé... » me demanda-t-elle alors comme pour confirmer ce que j'étais en train de penser. Sa voix ce fait faible et elle baisse immédiatement le regard. Habituellement, je sais toujours quoi faire ou quoi dire, mais il faut avouer que sur ce coup-là ce n'est pas du tout ça. Je suis complètement perdu et je me mets à balbutier bêtement. « J'étais venu te voir à Boston, mais t'étais déjà parti. Ryan a finis par me dire que tu bossais ici et le charmant chien de garde de l'accueil m'a dit que je pourrais te trouver dans ce café » lui dis-je en ajoutant de l'ironie, ma seule et unique arme lorsque je perds tous mes moyens. D'un signe de tête, j'indique au serveur de mer servir la même chose qu'elle. Depuis que je suis ici, je n'ai pas beaucoup dormi et un bon café pourrait me faire que du bien.

« Je voulais te voir pour discuter... » lui dis-je alors sans réellement réfléchir. Elle s'installe alors de nouveau sur le tabouret et fixe désormais sa tasse. Je sais que tout cela ne va pas être facile, comment pourrait-on parler de cela ? Je la connais depuis plusieurs années désormais et on a jamais été dans une situation pareil. Après tout, elle est cessé être la petite soeur de mon meilleur ami et c'est tout. Pas de situation ambiguë, pas de sentiment et pourtant c'est bien le cas. Je n'aurais pas fais autant de kilomètres pour la retrouver si elle ne représentait rien pour moi. « Je sais pas pourquoi t'es partie aussi subitement. Après tout peut être que tu veux plus me voir... Mais... Il fallait que je te retrouve ! » finis-je par lui dire d'une vois assez basse également. J'espère sincèrement qu'elle ne me déteste pas. J'espère que tout va bien pour elle depuis qu'elle vit ici. D'un seul coup, cet instinct de protection renaît en moi et je sais que je ne suis pas prêt de quitter cette ville. « T'aurais un peu de temps à m'accorder ? » lui demandais-je alors avant de me taire...
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: 'you really miss me, you know...' ♣ calix-arizona   Sam 11 Fév - 20:14

Je baissais le regard, je n’arrivais pas à affronter ses yeux car je savais que je pouvais très bien me jeter dans ses bras tellement il m’avait manqué. Car c’est vrai, il m’avait manqué. Je n’avais pas cessé de penser à lui, à ce baiser et surtout à la façon dont il m’ignorait. Je me suis remémorée la scène des centaines de fois et je m’étais faite à l’idée qu’il pensait que c’était une erreur. La seule chose que je regrettais, c’était d’avoir attendue d’être défoncée pour pouvoir faire ce qu’on a fait. Du moins, ce qu’on avait commencé. « J'étais venu te voir à Boston, mais t'étais déjà parti. Ryan a finis par me dire que tu bossais ici et le charmant chien de garde de l'accueil m'a dit que je pourrais te trouver dans ce café » Me dit-il avec une pointe d’ironie. Mais je n’ai pas répliqué et je n’ai même pas souris. Je me suis alors installée de nouveau en déposant mes mains sur la tasse de café chaude. J’ai fixé le liquide qui se trouvait dans ma boisson sans vraiment trop savoir quoi dire. Je lui en voulais, c’était sur. Mais j’étais intriguée également. Pourquoi avait-il fait tout ce chemin depuis Boston pour me retrouver ? Il aurait pu simplement m’envoyé un message ou m’appeler même. Au lieu de ça, il a préféré tout plaquer pour me rendre visite. « Je sais pas pourquoi t'es partie aussi subitement. Après tout peut être que tu veux plus me voir... Mais... Il fallait que je te retrouve ! » Finit-il par ajouter d’une voix basse. Je n’ai toujours pas tourné la tête et je suis demeurée silencieuse. A vrai dire, je contenais mes larmes au plus profond de moi. Mais pour quelle raison avais-je envie de pleurer ? Parce que j’étais heureuse de le retrouver ou bien j’étais en proie d’une telle colère ou encore humiliée par la honte d’être potentiellement amoureuse d’un homme qui ne me verra jamais de la sorte ?

« T'aurais un peu de temps à m'accorder ? » Me demandait-il enfin. J’ai alors retroussé le manche de mon pull pour regarder ma montre. J’avais encore une bonne heure et demie de pause avant de reprendre mon service aux urgences. « Dix minutes. » Ais-je fini par lui répondre. Je mentais, je l’avoue. Mais j’étais encore proie à la rancoeur. Seulement, je ne pouvais pas enfouir cette partie de moi qui était heureuse et telle une enfant devant ses cadeaux de Noël. J’ai pris une grande respiration avant de tourner ma tête vers lui pour risquer un regard dans le sien. Ce que je n’aurai pas du faire puisque je m’y suis perdue.

[C'est très court, j'avoue ! Je ferai mieux la prochaine fois ♥]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 'you really miss me, you know...' ♣ calix-arizona   

Revenir en haut Aller en bas
 

'you really miss me, you know...' ♣ calix-arizona

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
VI. OK DUDE, LET'S HAVE FUN FOR A WHILE
 :: the end :: sujets rp
-