AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


N'oubliez pas de passer de temps en temps sur la chatbox pour faire connaissance avec les autres membres. Bonne ambiance assurée !
Pour aider le forum, n'hésitez pas à en faire la pub ou à poster un petit message ici
Bienvenue sur Let's Get Ugly I love you

Partagez | 
 

 Back off, please [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Sam 4 Fév - 21:18

« Tu as tout les droits d'être en colère. Je lui aurais déjà arraché la queue avec les dents si j'avais été avec toi. » Alexander détendait l’atmosphère qu'il trouvait bien trop lourde à son goût. Après tout, il pouvait se le permettre, il n'était plus le thérapeute de Flanigan. Car même, s'il l'avait voulu à présent, la déontologie l'en empêcherait. Lui et l'écrivain étaient beaucoup trop proches. Toutefois, cela lui convenait tout à fait, il pouvait se permettre de parler plus librement. Il était un célibataire qui profitait de chaque instants pour apaiser sa faim, mais il gardait un cœur comme tout un chacun. Pour lui, si il venait à se mettre en couple et qu'on trompait sa confiance, sa colère aurait été implacable. « C'est bien d'essayer, c'est le plus important. »

« Je suis pas en sucre et c'est moi qui te proposes. Bien sûr, si cela arrive, il faudra poser des règles qui nous conviennent à tout les deux. » Alexander était calme dans son ton et sa manière de s'exprimer. Il n'était ni en négociation et non dans l'idée d'imposer sa proposition. Il savait que celle-ci avait besoin de germer dans l'inconscient de l'écrivain. Il saurait être patient, une semaine ou un mois. Mais, une part de lui même, sentait le trouble dans son hôte. Il savait que cela serait plus rapide que cela, mais il n'allait pas s'en plaindre. Le corps de Dionysos arpentait ses fantasmes et quand on connaissait sa maladie, il n'y avait rien de surprenant à trouver des cadavres de paquets entiers de mouchoirs autour de son lit. on pouvait vite imaginer sans se tromper le nombre impression d'utilisation. Je vous laisse imaginer le pourquoi du comment...

Le beau brun voulait le tuer ? Se jeter sur lui et lui demander de lui faire l'amour. L'esprit du psychologue explosa comme des bulles de champagne, des images de lui chevauchant l'écrivain sur cette même table, ou alors le faisant gémir à même le sol de la cuisine, le plaquer contre ses murs à en faire décrocher les tableaux, ou finalement satisfaire et encore le satisfaire dans un lit à en faire brûler les draps. Mais, ce baiser fit naitre quelque chose en lui : l'envie de reprendre le contrôle. Ce qu'il n'avait pas fait pendant des années. Il caressa la joue de Dionysos, sans honte de cette érection qui allait à l'encontre de sa voisine. Alexander passa ses bras dans le dos de l'écrivain et le laissa pas redescendre. Il le souleva comme une jeune mariée et alla le déposer sur le canapé.

Ce contrôle était tout simplement une torture pour lui, mais contre toute attente il se dressa devant son hôte et retira sa chemise. « Pas de commentaires. Ferme ta jolie bouche et laisse faire le professionnel. », commença t-il avec ce grand sourire. Le grand rouquin alla ensuite se caler dans un coin du canapé, il fit venir Dionysos sur lui et posa sa tête sur son torse. Il le serra contre lui offrant ce réconfort corporel : chaleur, odeur et battements de cœur. « Tu as le droit de pleurer, personne ne t'en voudra...Personne. », continua t-il en caressant ses cheveux, et essayant de ne pas écouter son érection palpitante contre le dos du beau brun.

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Sam 4 Fév - 21:43


Alexander essayait de détendre l'atmosphère, Dionysos l'avait remarqué et lui en était reconnaissant. Il commença à imaginer en train de faire à son petit-ami ce que venait de dire Alex et il pensa l'espace d'un quart de seconde que c'était une punition justifiée et méritée. Il était en colère mais il aimait toujours son petit-ami, des années d'amour ne pouvaient pas disparaître aussi rapidement, et il s'en voulu un peu d'avoir imaginé lui infliger cela. L'écrivain savait bien que quand un couple allait mal les fautes étaient partagées et il ne rejetait pas sa part pourtant il ne pouvait s'empêcher de penser qu'il avait beaucoup moins à se reprocher. Il lui sourit faiblement à sa dernière réplique. Il essayerait de lui parler mais il ne pouvait pas promettre de réussir, Alex ne serait pas surpris d'entendre une engueulade ce soir.

« Tu as l'air d'avoir beaucoup réfléchi sur ça. » dit-il, le psychologue ne cachait pas son désir de retourner sous les couettes avec Dionysos mais l'écrivain n'aurait pas pensé qu'il avait autant réfléchi. Il ne lui dirait pas mais Alexander était aussi dans ses fantasmes et bien qu'il ne se masturbait pas, il avait à plusieurs reprises imaginer être dans les bras de son psy alors qu'il était entre ceux de son petit-ami … et les orgasmes étaient plus foudroyant. « Quel genre de règles ? » Ce n'était pas comme si c'était une habitude pour lui d'avoir un amant, il n'avait jamais imaginé en avoir un et il n'avait pas pensé que des règles seraient nécessaire. L'idée d'accepter sa proposition faisait son chemin dans l'esprit de Dionysos qui trouvait cela rapide mais aussi normal, bien, correct. Il ne pouvait pas nier qu'il se sentait bien en compagnie d'Alex.

Le sexe permettait d'oublier pour un moment, de se sentir bien, de se sentir libre, de se sentir aimer aussi. Il ne réfléchissait pas, il n'était qu'instinct. Il embrassa violemment Alexander qui ne s'attendait sûrement pas à ce genre de réaction de sa part. Les deux hommes imaginaient déjà comment et où ils allaient coucher ensemble. Dionysos se voyait allonger sur la table avec Alex entre ses jambes écartées ou sur le canapé avec son amant sur lui ou encore dans la douche pour un corps à corps serré sous l'eau chaude. Mais le psychologue arrêta le baiser et il refrénait son désir que l'écrivain sentant palpiter contre le sien. Ils allèrent sur le canapé comme il l'avait proposé sauf qu'Alex l'avait porté bien que Dionysos aurait préféré marcher … ou peut être pas en fait.

Alex retira sa chemise, Dionysos pensa alors qu'ils allaient coucher ensemble une nouvelle fois surtout avec son commentaire mais non. Il s'installa simplement sur le canapé et posa la tête de l'écrivain sur son torse. Un torse qu'il avait envie d'embrasser pour le moment et non pas poser sa tête. Il l'enlaça ensuite et lui dit qu'il pouvait pleurer. Alexander se faisait violence, il résistait à son désir de coucher avec l'écrivain qui sentait toujours son érection ( d'ailleurs la sienne n'était pas du tout redescendu ). Il se faisait même bien plus violence que pouvait l'imaginer Dionysos qui ignorait sa maladie. « Je … Merci. » dit il simplement alors qu'il passa un de ses bras au dessus d'un d'Alex pour le caresser alors qu'il se calait bien contre ses pectoraux. Il avait envie de l'embrasser, non pas pour initier une relation sexuelle comme il venait de le faire mais juste pour l'embrasser. Il ferma les yeux, il se sentait bien entre ses bras, bien mieux qu'entre ceux de son petit-ami. « Dis-moi les règles auxquelles tu pense. » dit-il, déterminé et sachant déjà qu'il voulait le prendre comme amant même si il n'était pas encore sûr de coucher avec lui pour le moment … bien que ce soit le but d'avoir un amant. C'était encore compliqué dans sa tête.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Sam 4 Fév - 23:28

Est-ce qu'il y avait vraiment réfléchi ? Cette histoire d'amant ? Peut-être ! Il ne s'en rendait pas vraiment compte car cette idée était arrivée comme une évidence. Il était clair qu'il n'était pas prêt à voler Dionysos à son petit-ami, avec sa maladie et son célibat cela aurait été difficile car le psychologue ne savait toujours pas s'il voulait se remettre en couple. La mort de Samuel l'avait blessé à vie. « Je ne sais pas. Je ne pense pas. Être l'amant de quelqu'un n'a rien de nouveau. Je ne serais pas le premier et ni le dernier. » Bien sûr, qu'il mentait honteusement, mais que pouvait-il dire d'autre ? Dionysos je pense constamment à toi ! Tu m’obsèdes ! Ce n'était pas ce genre même s'il se vantait d'être franc. Son égo masculin étant beaucoup trop développé pour une telle affirmation. « Ce qu'on aura envie. » Pour le psychologue, c'était comme un contrat et chacun allait devoir poser au moins verbalement ce qu'ils souhaitaient dans une telle situation. Tout était possible et c'était ici tout l’intérêt de la chose. Demander ce que Dionysos n'avait peut être jamais osé demander à son petit-ami et Alexander pourrait peut-être s'attarder à des choses qu'il ne demandait plus depuis maintenant bien trop longtemps.

Alexander ne savait pas comment il avait porté l'écrivain jusqu'à ce canapé sans lui arracher les vêtements avec les dents ? Cette dépendance à la chair n'était pas une plaisanterie. Cette pulsion lui dévorait les viscères et comme un crotale en colère, elle ne supportait pas qu'on lui dise non. L'animal imaginaire frappait la poitrine du grand roux avec force au point qu'il perdait parfois le souffle. Mais, il se concentra, se plongeant dans le regard si profond de celui qu'il ne voulait pas " baiser " comme un simple pantin qui assouvirait ses pulsions. Il voulait lui offrir bien plus en laissant tomber sa chemise et en l'amenant à se poser contre son torse musculeux. Une technique thérapeutique qui devait apporter réconfort et calmer les angoisses. « Tu n'as pas à me remercier. Maintenant, respire et concentre toi sur mes battements de cœur. »

Vouloir est une chose, mais pouvoir était un tout autre combat. Son excitation continuait de marteler son jean au point que chaque nouvelle poussée était douloureuse. Mais, l'homme ne montra aucun changement dans ses gestes tendres. Il continua de serrer Dyonisos et de lui caresser la tête. Son sexe commençant à répandre abandonnement dans son caleçon la sève de son excitation. « Et, bien ! Je pourrais te proposer comme règles : Que le sexe soit uniquement quand on en a envie tout les deux ? Que chacun peut se retirer quand il le souhaite et sans fournir d'explication ? Et, surtout faire d'autres choses pour que cela ne soit pas uniquement une histoire de fesses. Tu en penses quoi ? Tu aimerais quoi comme règles toi ? », demanda t-il calmement. Même si intérieurement, c'était la guerre ouverte, son corps luttait et les premiers signes de sudation commencèrent à apparaitre sous sa nuque. Dans son caleçon, ce qui avait été quelques gouttes étaient maintenant une vraie inondation. Essayant d'être discret, Alex' essaya de déplacer légèrement son bassin sur le côté pour surtout pas incommoder son voisin.

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Sam 4 Fév - 23:51


Dionysos avait beaucoup de mal à se voir célibataire, il n'y arrivait même pas d'ailleurs. Il n'avait pas été célibataire depuis son adolescence donc depuis l'âge où on peut vraiment former un couple. Il ne savait pas c'était quoi de draguer, il avait d'abord été ami avant d'avoir des sentiments pour son petit-ami et cela c'était fait naturellement sans réellement qu'il s'en rend compte. Il avait vraiment penser vivre avec son petit-ami jusqu'à avoir les cheveux blancs sans que rien les sépare mais il n'arrivait pu à voir cette image désormais. Il n'avait jamais imaginé prendre un amant et il n'avait jamais compris pourquoi certains, et certaines, en prenaient. Jusqu'à aujourd'hui. Il acceptait de plus en plus l'idée. Sa réponse fut assez vague. Alex était censé être celui qui savait, surtout pour ce genre de chose, celui qui le guidait. Dionysos comptait beaucoup sur son ancien psy, plus qu'il ne l'avait pensé.

Dionysos n'imaginait pas la souffrance d'Alex, ce dernier souffrait le martyre et ignorait un désir profond pour le bien être de l'écrivain. Dio' l'avait chauffé, plus que chauffé même. Il l'avait supplié de lui faire l'amour mais Alexander avait refusé car il avait compris qu'il n'était pas dans son état normal. Il le réconfortait et le tenait au plus près de lui alors qu'il n'avait sûrement que envie de céder à cette pulsion dévorante. Le plus jeune se sentait bien dans cette position. Il ne se doutait pas du combat intérieur du trentenaire. Il avait sa tête de posé sur le torse musclé et diablement sexy d'Alex. Il sentait l'érection toujours aussi forte du trentenaire, alors que la sienne redescendait, mais cela ne le gênait pas. Il était même flatté de provoquer un tel effet. Il ne lui dit rien et suivit ses ordres. Il se calma et se concentra sur ses battements de cœur pour respirer lentement. « Je pourrais rester des heures ainsi. » murmura-t-il. Il était si bien contre Alex et se concentrer sur ses battements de cœur l'aidait à se calmer et à se sentir bien mieux mais aussi encore plus conscient de l'érection vibrante derrière son dos. La position n'avait rien de sexuel, la pression devrait retomber normalement. C'était étrange mais pas assez pour qu'il se pose beaucoup de question.

Alexander lui lista trois règles. Du sexe uniquement quand les deux le désirent lui semblait totalement normal. Que ce ne soit pas qu'une histoire de cul était important à ses yeux. Pouvoir arrêter à tout moment était aussi une bonne chose cependant il n'était pas vraiment d'accord pour le manque d'explication. Évidemment, le psy lui demanda à son tour les règles qu'il désirait. « Je sais pas, tu me prends de court. Ne pas mentir, ne pas refaire ça et tu vois de quoi je parle. Et pourquoi se retirer sans explication ? » Le ça en question était la dernière claque sur les fesses que lui avait mis Alex. Il avait été plus brutale que les autres et Dionysos avait eu mal à sa fesse droite pendant plusieurs jours … mais sur le moment il avait adoré sauf qu'il ne lui avouera jamais dans son état normal. Il le sentit bouger et il sentait aussi l'humidité au niveau de son entrejambe. « Tu vas bien ? Tu sais que tu peux tout me dire. » Il ne le savait probablement pas, ce n'était pas comme si ils étaient les meilleurs amis du monde bien que Dionysos n'avait guère de secret envers Alex.

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Dim 5 Fév - 21:05

Quel que soit cette douleur qui rampait en lui alors qu'il avait Dionysos dans ses bras. Il était impossible pour le trentenaire si obsédé par le sexe de profiter de la peine de son voisin. Ce qui ne lui ressemblait pas, profitant de chaque occasion qui se présentait pour plonger son biscuit dans tout pôt à sa convenance. Il n'avait jamais été plus cruel qu'un autre chasseur. Il ne mentait pas pour arriver à ses fins et il n'endossait jamais un rôle. Il était toujours direct et directif. Ce qui marchait presque à chaque fois, il devait bien le reconnaitre. L'assurance était son arme et elle donnait l'impression à ses proies d'une parfaite confiance. Et, celles-ci ne pouvaient que fondre devant quelqu'un d'assuré et qui n'avait pas le regard qui faiblissait. Pourtant, il était là aidant Dionysos à se blottir contre son torse d'homme qui était à l'état sauvage. Se raser pour lui restait une offense à ce qu'il était, un Homme, viril et qui n'avait aucun besoin de ressembler au mannequin imberbe des magazines.

« Je suis content que tu te sentes bien, c'était le but. », dit-il sincèrement en passant son pouce sur la joue du beau brun. Cependant, ne délivrons pas une médaille tout de suite à notre psychologue pour ces gestes tendres. Ce n'est pas parce qu'il luttait pour ne violer sauvagement l'écrivain sur ce canapé, qu'il ne pensait pas profiter de son corps dans un avenir proche. Il n'y avait par contre pas de plan, de dates et de lieux. Le trentenaire voulait que ce moment vienne cette fois naturellement. Il ne voulait avoir aucune influence et surtout pas se laisser guider par son obsession de la chair. Peut-être que s'il était resté ainsi plus longtemps il aurait cédé à ses pulsions, mais heureusement pour lui son agenda avait prévu quelque chose pour lui. « Tu as quarante-cinq minutes ! Après, je dois me rendre à mon premier rendez-vous de la journée. Un cas d’anorexie, rien de bien réjouissant. »

Même en repensant à ses cas médicaux, son érection ne faiblissait pas et avoir le magnifique corps de Dionysos n'arrangerait rien. L'envie de le retourner sauvagement pour le coller sur le canapé traversa ses fantasmes, baisser son pantalon et s'inviter tout au fond de lui dans un cri bestial. Tout son corps en trembla devant cette envie et une perle de sueur coula le le long de ses hanches. Mais, heureusement, la phrase sur le " Ça " le fit rire. « Je pensais que tu avais aimé ? Moi, j'ai beaucoup aimé le " Ça " que tu m'as laissé... » Matthews parlait des marques des ongles de Flanigan laissaient dans son dos. C'est vrai que le psychologue avait poussé l'orgasme de son amant d'un soir jusqu'à son paroxysme dans des coups de hanches plus bestiales. « Car s'expliquer c'est d'une manière se sentir coupable de quelque chose et il le faut pas ici si tu décides d'accepter ma proposition. Deux adultes s'amusant ensembles et c'est tout. »

Alexander essaya de se déplacer pour cacher quelques désagréments corporels, mais la question de son hôte le surprit. Il leva un sourcil et plongea son regard pétillant dans celui de Dio'. Il offrit un grand sourire et répondit comme Matthews pouvait le faire si souvent, avec humour. « Tu veux que je te dise quoi ? Que tu m'excites tellement que je suis entrain de mouillé au point que tu vas m'obliger à changer de caleçon avant d'aller travailler, vilain garçon ! » Le trentenaire passa son pouce sur les lèvres de celui qu'il tenait captif et son sourire se fit encore plus grand. « Si tu savais ce que vas m'obliger à faire cette après-midi quand j'aurais cinq-minutes et que j'aurais l'image de ta bouche en tête ? »


Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Dim 5 Fév - 21:32


Alexander avait tout pour plaire. Pour commencer, il était canon, Dionysos n'aurait pas été étonné de le voir en couverture d'un magasine. En plus, il dégageait quelque chose sûrement dû à la confiance, qui frisait l'arrogance, qu'il affichait constamment. Il savait ce qu'il désirait et il savait aussi comment l'obtenir. Il avait aussi ce sourire si sexy qui était une pure invitation à une nuit de passion. Il n'était donc pas étonnant qu'il obtienne les faveurs d'un homme ou d'une femme durant une nuit. Dionysos savait très bien cela pour avoir été dans ce cas. L'écrivain se savait charmant mais il était bien loin d'avoir l'assurance de son ancien psy et il était plutôt du genre intello-timide que peu de personne remarque. Il avait trouvé bizarre les réactions de certains fans, enfin surtout certaines, lors des séances de dédicaces de ses livres. Ce n'était pas Dio' qui allait se plaindre de la pilosité de son voisin, il aimait toucher, caresser, lécher, embrasser le torse d'un homme et particulièrement quand il y avait des poils.

Dionysos frissonna légèrement au passage du pouce de son amant d'un soir sur sa joue. Ce geste qui n'avait rien de sexuel était totalement sensuel et érotique aux yeux de l'écrivain. Il savait que Alex voulait encore coucher avec lui mais il savait aussi que ce n'était pas le cas dans l'instant présent, après tout il avait refusé la supplication de Dio' de faire l'amour et vu comment était le baiser cela aurait été sauvage et épuisant. Alexander lui dit qu'il avait un rendez-vous dans quarante-cinq minutes. Dionysos n'avait même pas pensé à son travail ou à celui du psy. Il devait se remettre à écrire mais vu son état il serait capable d'écrire un livre d'horreur rempli de tortures sur un mari infidèle. « Ah, c'est dommage » dit-il dans un souffle avant d'ajouter « Pour l'anorexique évidemment. » et pas du tout pour lui … mais qui allait le croire ? Il ne se croyait déjà pas lui même. Il se faisait de plus en plus à l'idée d'être en compagnie d'Alex et d'apprécier d'être à ses côtés.

« C'est de ta faute, tu y allais encore plus fort alors je … enfin tu te souviens très bien. » lui en tout cas se souvenait très bien. Alexander avait accentué ses coups de bassin alors que Dionysos était en plein orgasme et il se sentait décollé et Alex était la seule chose à ce moment à quoi il pouvait se tenir. Il avait rarement eu un orgasme aussi fort … et eut mal aux fesses aussi longtemps après. Il lui expliqua ensuite le pourquoi du manque d'explication. Maintenant qu'il le disait ainsi, cela prenait tout son sens. « C'est logique. » dit-il simplement, mais sachant déjà que si jamais c'était lui qui arrêtait tout ( et il y avait toutes les chances que ce soit lui, d'après ce qu'il pensait ) il donnerait une explication parce que ce ne serait jamais juste s'amuser pour lui. « Tu arrives à me faire réellement accepter l'idée d'être infidèle sans que cela soit mal. C'est bizarre. » dit il alors qu'il caressait son bras distraitement. Il n'avait pas eu un moment de pur tendresse comme celui si depuis si longtemps.

Dionysos sourit à la révélation d'Alexander qui passa ensuite son pouce sur ses lèvres, un pouce qu'il avait eu l'intention de prendre en bouche à cet instant pour l'exciter davantage mais les paroles du psy le firent rire. « Seulement cinq minutes ? Je t'ai connu plus résistant. » et il rougit immédiatement à ses paroles. « Tu me fais dire n'importe quoi. » mais ce n'était que la vérité et en plus il imaginait Alex dans ses toilettes en train de se masturber et cela ne fit qu'accentué son rougissement ainsi que son excitation. « Tu devrais y aller, prendre une douche froide ou faire ce que je ne veux pas savoir puis prendre une douche, changer de caleçon et de jean et être prêt pour tes patients. » Il était tellement excité que cela avait traversé le caleçon et aussi un peu le jean.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Lun 6 Fév - 10:47

Alexander observa l'homme qu'il tenait dans ses bras avec un œil malicieux ou en tout cas il essayait. Dionysos le rendait complétement au bord de l'explosion mentale et de son jean si serré à présent. Malgré ses dires, il prit le parti de ne pas le croire. « On pourra toujours reprendre tout ça plus tard, si tu le souhaites ? » Il dissimulait ainsi l'idée : Tout cela on pourra le continuer si tu acceptes ma proposition. Car, même si le psychologue ne considérait pas l'écrivain comme le dernier inconnu, il avait aucune envie de pousser le vice à se comporter de cette manière s'ils décidaient de n'être qu'amis. Si, bien-sûr, cette configuration était possible. Car comment peut-être amis si on désire son voisin au point de ne pouvoir faire redescendre une simple érection ? En public, cette malédiction pouvait vite devenir gênante et Matthews n'avait clairement pas encore envie de se faire arrêter pour atteinte à la pudeur. « Mais, je te met aucune pression. Tu prends ton temps pour cette décision. »

Son corps subissait milles tortures et il fallait encore que Flanigan lui rappelle leur dernier ébat. C'était clairement de la pure cruauté ! pensa t-il amusé. « Je me souviens très bien...Et, encore je me suis retenu. Je suis sûr que je pourrais te pousser bien plus loin. Par contre, il faudra acheter de la glace pour tes fesses. S'il y a bien sûr, une prochaine fois... » Le trentenaire se pinça les lèvres et offrit un regard tentateur. Il été clair qu'Alexander était clairement dominateur et sadomasochiste. Non, dans un sadisme cruel à faire souffrir inutilement, mais un sadisme mesuré pour pousser ses partenaires toujours plus loin dans leurs orgasmes. Jusqu'à présent, il n'avait jamais trouvé un partenaire ouvert à ses jeux, peut-être que Dionysos le saura ? La réponse de l'écrivain et l’infidélité le fit sourire et lui répondit. « Il n'y a rien de bizarre à cela. Je sens qu'une partie de toi à déjà mis un pied hors de ton couple. Et, quel que soit ton choix à la fin, je ne veux pas que tu sois seul pendant ses moments. » Il voulait être là. Pourquoi ? Le psychologue ne le savait pas trop.

« Tu vois très bien ce que je veux dire. Je crois que je t'ai bien prouvé que je n'avais rien d'un éjaculateur précoce, non ? » Il sourit et caressa les joues rougies de son hôte. « Non, t'arrêtes pas. Tu es vraiment mignon comme ça. » C'est vrai que dans cette position, il avait tout le loisir de l'observer et de prendre plaisir à se perdre dans ses traits comme ses yeux. Alexander avait connu beaucoup d'Hommes, mais l'écrivain les écrasait tous. Dire, qu'il était beau, charmant, auraient été tout simplement insultant. Flanigan était un homme magnifique qui le faisait fondre complétement et arrivait même à apaiser son égo qui refusait tout attachement. Et, s'il avait une vue parfaite sur l'Homme, il avait aussi une vision sur son entre-jambe. Mutin ? Matthews le revendiquait. Il alla appuyer de son doigt sur l'excitation du brun avec malice, maintenant la pression un instant. (S'il n'avait pas promis d'être sage, il aurait fait bien pire.) « Tu peux parler ! Je pense qu'on va avoir tout les deux besoin d'une douche froide. Si, ton chéri rentre, il faudra que tu lui expliques ses taches mon garçon. En plus, vu comment cela apparait là, je veux même pas imaginer en-dessous. » Mais, bien sûr, il mentait et son excitation donna des violents coups dans son pantalon devant son imagination débordante. Alex' releva son doigt et le portant à sa bouche. « Délicieux ! Le goûter des champions ! » dit-il avec enthousiasme (même s'il savait qu'à travers le jean il n'y avait aucune possibilité de goût, mais tout cela faisait partit du jeu)
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Lun 6 Fév - 11:56


Dionysos ne savait pas si il pourrait être uniquement ami avec Alex. Il y avait clairement une grande attraction sexuelle entre eux et ce n'était pas le genre de l'écrivain de coucher avec ses amis de plus il n'était pas certain de résister à la tentation surtout si il était célibataire, comme il pensait le devenir d'ici ce soir quand son petit-ami allait rentrer chez lui. Évidemment qu'il souhaitait reprendre cela à plus tard, c'était dommage que le psy devait partir pour son boulot mais c'était aussi une bonne chose car le plus jeune aurait le temps de rendre les choses plus claires dans son esprit. « Je viendrais frapper à ta porte. » lui dit-il avec un léger sourire alors qu'il se perdait dans le regard bleu azur du bellâtre. Il n'aurait pas loin à aller pour venir frapper à sa porte. C'était aussi dangereux qu'ils soient si près l'un de l'autre, la tentation de voir l'autre était d'autant plus grande que la distance entre autre était d'autant plus petite.

Si Dionysos connaissait la maladie du trentenaire, il ne lui aurait pas rappelé leurs ébats alors qu'il était aussi dur que du béton dans son caleçon. Dio' n'avait jamais donné dans le sadomasochisme et il n'y avait jamais pensé cependant il avait confiance en Alex et aussi en ses capacités sexuelles. Ce dernier lui avait après tout donné un orgasme fulgurant. L'écrivain espérait qu'Alex avait aussi pris son pied. En tout cas ses paroles l'excitèrent et il essayait de ne pas le montrer, bien qu'il ignore si le résultat était bon ou pas. Il n'y connaissait rien en sadomasochisme, d'ailleurs il n'avait jamais utilisé de sex-toy, les capotes et du lubrifiant lui ayant toujours suffit. Alexander le rassurait, non seulement par ses paroles mais aussi par sa simple présence. Il le rendait plus calme, et c'était une bonne chose pour son mobilier et sa vaisselle en ce moment. « Merci. » dit-il simplement alors qu'il amena une main de son ancien amant à sa bouche pour un tendre bisou. Il avait envie de l'embrasser mais les deux hommes n'arrivaient clairement pas à maîtriser leur excitation en ce moment de tendresse.

Oh oui, Alexander lui avait bien prouvé qu'il n'avait rien d'un éjaculateur précoce, il était un amant très doué et endurant. Dionysos avait rougi en parlant de sa résistance et cela semblait amuser et plaire à Alex. « Je ne répondrais pas à cette question. » dit-il simplement, l'écrivain ne voulant pas booster encore plus l'égo du psychologue qui n'avait pas besoin de cela. Le trentenaire passait une main sur son entre-jambe ce qui fit réagir Dionysos. L'écrivain ne l'empêcha pas de le toucher, au contraire dans un réflexe il bougea son bassin pour sentir encore plus la main sur sa virilité qui durcit encore plus. Évidemment, il devint encore plus rouge sous son toucher et ses paroles. « Ca partira quand tu seras parti. Par contre toi, ça a pas l'air de vouloir partir. » lui dit il avant de le regarder dans les yeux quand il "goûta" ses doigts. Il était définitivement plus rouge qu'une tomate désormais et d'autant plus excité. [color=royalblue]« Tu devais rester sage, non ? » mais il avait envie de lui dire « Sois encore moins sage ».
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Mar 7 Fév - 22:58

Ils avaient fait du chemin depuis ce : " Dégagez, monsieur Matthews !" , si puissant et si menaçant. Cela n'en déplaisait pas au psychologue car tout cela il l'avait souhaité. C'est confiance retrouvé, ce rapprochement, sans pourtant s'imposer. Car, il était clair dans sa tête d'homme célibataire qu'il ne voulait pas prendre Dionysos comme petit ami et donc briser son couple avec ce cher monsieur Harter. Comme, il l'avait toujours pensé, ce qu'il voulait offrir à son ancien patient c'était la possibilité de vraiment savoir ce qu'il voulait. Après tout, il fallait essayer pour savoir ce qu'on désirait avec intensité. Il était même certain que si Dionysos acceptait sa proposition, cela aiderait grandement son couple. Donc, il offrit un sourire sincère devant la révélation de son hôte qu'il viendrait frapper à sa porte. « N'hésites pas. Ma porte sera toujours ouverte pour toi. » Il échangea puissant avec l'écrivain, apportant franchise et soutien dans son regard d'océan tourmentée. « Je parle de la porte de mon appartement et pas autre chose, hein ? » Ah ! L'humour de Matthews ! C'était plus fort que lui, il pouvait pas s'en empêcher.

Le temps des compliments étaient arrivés et Alexander ne se privait pas pour avouer haut et fort ce qu'il trouvait certain. Dionysos était un homme aux expressions si addictives qu'il aurait pu passer des heures à le regarder. Ce qui au moins occupait sa libido qui débordait de partout, l'appel au sexe faisait frémir ses lèvres et son torse offert se couvrit de cette pellicule preuve de sa peine à se contrôler. Alexander c'était amusé à toucher celui qu'il voulait pousser à le prendre comme son amant et sa réponse le fit sourire jusqu'aux oreilles. Car, il n'avait loupé en rien le visage rouge du beau apollon. « Et, tu crois que ses rougeurs sur tes joues partiront quand je ne serais plus là aussi ? » Il lui offrit un beau hochement de sourcil tout en terminant de mettre ses doigts à sa bouche. Qu'est ce qu'il avait envie de lui ! C'était maintenant un coup de poignard dans ses entrailles à chaque fois qu'il refusait de céder à l'appel de la bouche de Flanigan.

Les mots de l'écrivain furent comme le détonateur qui relâcha la bête. « J'aime quand tu parles comme ça...» Alexander descendit lentement sa tête jusqu'aux lèvres du brun et alla sceller ses lèvres aux siennes. Peu à peu tout s'écroula en lui. Tout son combat. Sa main descendit sur le torse de son prisonnier et elle s'enfonça dans son pantalon. Elle alla flatter le membre vigoureux de son ancien patient tout en jouant de sa langue dans la bouche qu'il essayait de faire sienne. Son pouce s'attarda sur le haut de la virilité à sa merci, il joua un instant avec sa sève et remonta bien vite celui-ci à ses lèvres pour vraiment y gouter. « Et, là, c'est assez moins sage pour toi ? », planta t-il le décor de son regard brulant dans celui de Dionysos, avalant entièrement son pouce avec gloutonnerie.

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Mer 8 Fév - 10:53


Dionysos n'avait pas voulu laisser entrer Alexander dans son appartement pour une bonne raison. Il faisait tout pour ne pas apprécier Alex, pour ne pas avoir à lutter contre son envie de l'embrasser et de l'emmener dans sa chambre. Le psychologue était une tentation bien trop grande. Et le voilà dans les bras de cet homme. Mais ce n'était pas en tant qu'une des nombreuses conquêtes du trentenaire qu'il était dans ses bras mais plus comme un ami vu qu'il le réconfortait. Enfin un ami qui voulait coucher avec lui et devenir un amant régulier certes. Le séducteur lui affirma qu'il pouvait venir frapper à sa porte n'importe quand puis il laissa un sous-entendu, mais rien de bien étonnant quand on le connaissait un peu. Alex était vraiment obsédé par le sexe, totalement à l'opposé de Dionysos qui n'en parlait presque pas mais les deux hommes savaient qu'au lit il était différent. « C'est bien dommage. » murmura-t-il. Alex déteignait sur lui, il se mettait à faire lui aussi des sous-entendus et en s'en rendant compte en plus ! « T'as vraiment une mauvaise influence sur moi. » dit-il pour détendre un peu l'atmosphère.

« C'est toi qui me fait rougir, tu me fais parler de … ça et tu sais que je suis pas vraiment à l'aise sur ce sujet. » tellement pas à l'aise qu'il ne le nommait pas en fait. Il lui faudrait du temps pour aborder librement ce sujet et il était sûr qu'avec Alex cela allait être de plus en plus facile d'en parler tellement le psy faisait des sous-entendus ou même en parler sans sous-entendu. Alexander le chauffait. Il mettait ses doigts dans sa bouche alors que Dionysos avait plutôt envie d'avoir les doigts du trentenaire dans sa propre bouche et pas seulement ses doigts. Son imagination dérivait de nouveau et il se concentra sur une image tout sauf sexuelle, enfin il essaya car il n'arrivait pas à se concentrer correctement avec sa tête posée sur le torse nu et tellement sexy du psy. Il luttait aussi contre sa libido mais c'était loin d'être aussi difficile pour lui que pour Alex. Il était en couple et c'était un facteur important de plus il ne voulait pas d'un simple coup d'un soir et surtout il n'était pas sex-addict.

Les deux hommes s'embrassèrent après que Dionysos ait dit à haute voix ce qu'il pensait. Il répondit à son baiser et il sentit une main descendre le long de son torse avant d'aller sous son pantalon et son boxer. Dionysos gémit de plaisir sous la surprise et évidemment sous le plaisir que lui donner cette main. Alexander retira cependant assez vite sa main et la mit à sa bouche. Dionysos se leva, avec une barre au niveau de son entrejambe après les paroles de du psy. Il devint vite aussi rouge qu'une tomate. « Je voulais te dire d'être plus sage pas moins sage … enfin j'avais envie … mais … enfin tu vois. » dit il, même pas sûr de se comprendre lui même. « Je crois que tu devrais partir … pour tes patients. » et pas du tout parce que là j'ai envie de te sauter dessus pensa-t-il.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Mer 8 Fév - 12:01

Est-ce que ces sous-entendus avaient une once de sérieux ? Alex s'interrogea en se plongeant dans le regard du beau brun. C'était pas l'image qui l'intéressait pour l'instant, c'était l'acte. Dionysos Flanigan venait-il de lui faire une proposition ? En tout cas, pour lui, pour ses talents à décrypter l'autre, il sentait toute l'envie dans les traits du visage contracté de son voisin. Il avait toujours ce lien qui le retenait à Wade et c'était une bonne chose. Car, Alexander respectait vraiment son ancien patient pour cela, s'accrocher, essayer de faire durer une histoire c'est toujours plus difficile que d'abandonner et de se donner au premier venu. Maintenant, malgré les dires de Dionysos, pour Alexander et son égo gros comme la lune, il était impossible de se donner à un Homme, même aussi beau et désirable que l'écrivain. « Ah ! Que veux-tu, je suis vierge depuis plus de trente-quatre ans...Et en plus, tu saurais pas comment faire, mon pauvre bichon. » se moqua t-il avec son grand sourire avant de se reprendre. « C'est clair. Dans moins d'une semaine, je te vois déjà entrain d'organiser une soirée échangiste avec ton cher Wade au milieu de votre salon. La révolution est en marche. », continua t-il dans la même veine pour lui aussi détendre l’atmosphère.

Peut-être qu'il allait trop loin ? En même temps, le beau brun se doutait pas une seconde de la douleur que supportait le psychologue sur ses épaules. Faire des sous-entendus, jouer avec ses doigts et le corps de l'autre, c'était rien par rapport à ce qu'il voulait faire à Flanigan. Comme il avait eu envie d'annuler tous ses rendez-vous de la journée pour faire l'amour toute la journée à son hôte. Le faire dans toutes les pièces, même dans la douche, exploser plusieurs paquets entiers de préservatifs et tout simplement partir avec l'arrivé de son cher et tendre. « Je trouve que tu te débrouilles de mieux en mieux. C'est ton Wadou qui va être content. Je vais juste te chauffer assez pour que tu lui sautes dessus quand il rentrera et que tu lui arraches les habits avec les dents. Vous me remercieriez plus-tard. » C'était idiot mais pour Matthews, voir grandir son ancien patient, le voir se libérer un peu de son carcan c'est tout ce qui le rendait heureux. Même, s'il ne pourrait en profiter.

Déjà, qui était-il ? Il était qu'une ombre de passage. Pour le médecin, un couple, le joies de la vie à deux, ce n'était plus pour lui. Il le méritait pas. Il ne méritait pas de mettre quelqu'un d'autre malheureux car il ne pourrait avec sa maladie jamais rendre quelqu'un entièrement satisfait d'un homme qui ne peut refréner ses ardeurs. Non, il méritait tout simplement de mourir seul et de laisser le bonheur aux autres. Wade et Dyonisos le méritaient et ça il le pensait avec sincérité.

Alors, quand tout s'accéléra, même si libérer la bête fut un pure délice. Comme ce baiser et cette main dans le pantalon de l'écrivain. C'était aussi le glas de la dure réalité qu'il ne pourrait jamais se contrôler. Qu'il n'était qu'une bête et tout ça l'attrista. Alexander qui aimait toujours tout contrôler en lui, ne montra rien à se détachant. Il afficha le même sourire devant la gêne de son amant d'un soir. « Il faut être plus clair. Mais, tu as raison, je vais y aller. » Il leva avec cette érection qui déformait son jean jusqu'au haut de sa ceinture. Après tout, ce n'était pas sa faute si mère nature l'avait bien équipé. Il remit sa chemise sans prononcer un autre mot. Tout en lui n'était qu’apitoiement sur son cas qu'il trouvait désespéré. Pourtant, il s'approcha de Dionysos avant de partir et alla l'embrasser sur le front. « Allez, prend soin de toi et n'oublie pas de parler à Wade. C'est important que vous communiquiez si vous voulez que cela marche. » Il offrit un dernier sourire de soutien et prit la porte sans se retourner.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Mer 8 Fév - 12:46


Alexander venait de lui apprendre qu'il était vierge, enfin qu'il n'avait jamais fait quelque chose dans le sexe. Cela étonna l'écrivain qui le voyait bien avoir absolument tout testé, des choses les plus simples aux choses qu'il n'aurait jamais imaginé et que Alex devait bien avoir imaginé. Il se voyait déjà en train d'être le premier mais il se ravisa aussitôt. Il ne devait pas penser à ce genre de chose, du moins pas tant que ce n'était pas avec Wade qu'il s'imaginait. « Non, je me vois vraiment pas faire ça. Tu déteins jamais assez sur moi pour ce genre de chose. » dit-il. Dionysos préférait de loin être en privé et avec une seule personne pour s'adonner à ce genre de chose bien qu'il n'ait jamais essayé à plusieurs ou de le faire en public, chose que Alex avait dû déjà essayé.

« J'ai bien envie de lui faire des choses là mais crois-moi, ça n'a rien de sexuel. » lui dit-il et il se voyait mal recoucher avec lui en fait. Il était dégoûté par cet homme en cet instant. Ce mensonge avait brisé sa confiance en Wade, ce n'était pas le genre de chose où il aurait dû mentir. Wade lui avait déjà menti mais c'était le genre de mensonge qui n'était pas gênant comme quand il lui avait affirmé avoir trouvé son plat délicieux alors que ce n'était pas le cas et pis il lui avait dit la vérité peu de temps après.

Alexander avait relâché sa "bête" mais c'était uniquement à cause de Dionysos qui lui avait demandé d'être moins sage sans s'en rendre compte. Il ne devrait pas se blâmer pour cela et ce n'était pas comme si l'écrivain n'avait pas apprécié sentir cette main autour de son membre. Il aurait été un adolescent, il aurait joui d'ailleurs. Alex se leva à son tour et remit sa chemise, une chemise qui cachait son superbe torse. Il ferma les yeux quand Alex posa ses lèvres sur son front avant de lui dire de parler avec Wade. Il rajouta une phrase qu'il trouvait étrange mais il ne dit rien. Pourquoi Alexander voudrait-il que cela fonctionne avec Wade ? Il savait bien que si tout allait bien, jamais Dionysos n'irait le voir pour être son amant et il serait même possible jamais le voir pour être ami car ils avaient couché ensemble et Alex avait couché avec Wade et c'était une situation vraiment étrange. Dionysos ne savait pu quoi penser. Il se sentait déjà perdu sans la présence du psy et sa colère s'accentua aussi.

FINI
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Back off, please [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
VI. OK DUDE, LET'S HAVE FUN FOR A WHILE
 :: the end :: sujets rp
-