AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


N'oubliez pas de passer de temps en temps sur la chatbox pour faire connaissance avec les autres membres. Bonne ambiance assurée !
Pour aider le forum, n'hésitez pas à en faire la pub ou à poster un petit message ici
Bienvenue sur Let's Get Ugly I love you

Partagez | 
 

 Back off, please [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité



MessageSujet: Back off, please [FINI]   Lun 30 Jan - 11:54


Le hasard fait parfois bien les choses mais la plupart du temps le hasard fait mal les choses. Dionysos avait trouvé l'homme de sa vie, il en était certain, quand il était encore qu'au lycée pourtant chacun avait trompé l'autre et pour couronné le tout avec le même homme. Ils avaient déménagé dans le but d'oublier, de pardonner, d'avancer, d'être de nouveau ce qu'ils avaient été depuis si longtemps. Et pourtant le hasard a voulu mettre Alex comme voisin. Alex ou l'homme avec qui l'un avait trompé l'autre. Le hasard pouvait vraiment faire des sales coups. Dionysos avait demandé de retenir l'ascenseur à la personne à l'intérieur et c'était Alex. Un silence gênant régnait alors que l'ascenseur montait au même étage. L'écrivain ne croyait pas au destin mais il avait de quoi remettre ses certitudes dans le doute. Il avait laissé Alexander passer devant lui et il n'avait pas pu s'empêcher de regarder ses fesses.

Dionysos travaillait chez lui, contrairement à son petit-ami, et donc il passait le plus clair de son temps dans le duplex où il habitait. Il écrivait un livre, il devait écrire le dernier tome d'une série qu'il avait entamé à l'université. Mais ses pensées étaient occupées. Il n'arrivait pas à se concentrer sur le livre, il n'arrêtait pas de se demander pourquoi Alex habitait ici alors qu'aux dernières nouvelles c'était un psy de Californie. Les avait-il suivi ? L'avait-il suivi lui ? Avait-il suivi l'homme qu'il aimait ? Le plus simple serait d'aller frapper à sa porte et de lui demander en face mais il était hors de question qu'il revoit cet homme. Ils n'auraient jamais du coucher ensemble, Dio' n'avait connu qu'un seul homme avant Alex et pour lui le sexe n'était que l'expression de sentiment et non un simple moyen de se détendre, un simple divertissement. Cela l’embarrassait, comment pouvait-il ressentir quelque chose pour Alex ? Le psy était un bel homme, il savait être charmant et il n'avait pas été avare en compliment de plus il avait été un amant plus que respectable ( bien plus même ). Mais … on frappa à sa porte, coupant le fil des pensées de l'écrivain. Il se leva et descendit un étage pour venir à l'entrée. Il ouvrit la porte et la referma en voyant qui était devant.

« Dégagez M. Matthews. » L'écrivain n'utilisait pas son prénom, c'était hors de question, il voulait instaurer une sorte de distance entre eux. Pourquoi diable le psy venait frapper à sa porte ? Dionysos ne se considérait pas comme un mauvais voisin mais il n'allait pas être un bon voisin envers cet homme.


Dernière édition par Dionysos Flanigan le Mer 8 Fév - 12:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Mar 31 Jan - 6:29

Alexander ne pouvait toujours pas croire à tant de coïncidences et malgré qu'il soit maintenant installé, il s'interrogeait encore sur la possibilité que son inconscience lui ai joué des tours. Après tout, c'était son travail de se questionner et de se remettre en cause. Cependant, même en plongeant très loin, il ne se souvenait pas d'avoir retenu le changement d'adresse de monsieur Flanigan. Sa secrétaire l'avait bien prévenu d'un déménagement et la demande du transfert de Dionysos, mais il n'avait pas cherché plus loin. Et, maintenant, qu'il était voisin avec le jeune écrivain, comment pouvait-il expliquer tout ça ? Il avait beau retourner cela dans sa tête, il n'arrivait à trouver aucune pensée logique. C'était comme cette rencontre irréel dans cette ascenseur. Étais-ce le destin ? Cela était encore plus compliqué pour le psychologue car il avait eu cette nuit. Une nuit comme il n'en avait eu qu'avec son défunt Samuel. Lui, si dominateur dans une couche, cela avait été un moment tendre et unique qui le troublait encore.

Matthews était peut-être complétement retourné de l'intérieur, c'était loin de son caractère d'en laisser apparaître un seul gramme. Il avait toujours ce sourire satisfait en toute circonstance, pour marquer son aplomb entre deux croisements avec Flanigan en présence ou non de son petit ami. Alex' poussait même le vice à se jouer de ses rencontres, n'hésitant pas à sortir chercher le journal sur le pas de sa porte vêtu de presque rien. C'était un jeu pour lui et montrer ses fesses à la fin était quelque chose qui l'amusait. Il n'hésitait pas non plus à sonner assez souvent pour demander comme tout voisin de pouvoir le dépanner de quelques produits en tout genre. C'est pour cela quand il frappa à nouveau sur le pas de la porte de Dionysos, il était presque certain de se faire fermer la porte au nez. Cependant, aujourd'hui, il avait une vraie excuse pour s'adonner à ce léger harcèlement. Il croisa si rapide le regard de l'écrivain avant que la porte se referme sur lui, qu'il prit peur d'avoir peut-être laissé un de ses doigts dans l’embrasure.

« Appelle-moi, Alexander ! Vu les positions que j'ai réussi à te tenir, je pense que tu peux m'appeler par mon prénom, non ? » Le psychologue s'en amusait et frappa à nouveau à la porte. Il fit glisser de sous son bras un énorme paquet qu'on avait laissé à sa porte ce matin. « Bon, je fais quoi ? J'ai un Chronopost à ton nom qui a été livré chez moi par erreur. Je le garde et je l'ouvre ? Je lui fais l'amour ? » Alexander dodelina de la tête tout en restant fièrement dans sa position, prêt à décrocher un nouveau sourire ravageur quand la porte s'ouvrirait.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Mar 31 Jan - 8:47


Dionysos n'avait cru possible de revoir Alex après avoir déménagé à l'autre bout du pays. Il pensait avoir tourné la page sur cette brève aventure, il n'en était pu aussi sûr depuis qu'il avait revu son ancien psy et le voir aussi souvent ne l'aidait pas. Il était évident que Alexander faisait exprès de venir aussi souvent frapper à sa porte et pourtant il se faisait claquer la porte au nez presque à chaque fois. L'écrivain pouvait au moins lui accorder d'être persévérant. Le psy connaissait bien sa conception du couple pour l'avoir entendu lors de leur session de plus il savait aussi que Dio' n'était pas le genre d'homme à avoir des coups d'un soir. Cependant avait-il compris que le sexe n'était jamais que du sexe pour lui ? Flanigan espérait que non mais c'était fort probable, après tout c'était son métier de connaître les gens.

Alex frappa une nouvelle fois à sa porte et une fois que le brun avait vu de qui il s'agissait, il referma la porte aussitôt. Cela ne démonta pas le trentenaire évidemment et ce dernier le taquina. Dio' se souvenait très bien des positions qu'ils avaient fait ensemble. D'ailleurs à chaque fois qu'il y repensait, son corps se souvenait du plaisir et réagissait. Alex lui fit part de la raison de sa visite, au moins ce n'était pas pour demander du sucre ou n'importe quels ingrédients qu'il devait avoir dans son appartement. Dionysos ouvrit de nouveau la porte et regarda le paquet, pour être certain que ce n'était pas un mensonge. « T'es obligé de tout rapporter au sexe ? Y'a pas que ça dans la vie. » lui dit il en évitant son regard. Alexander avait un regard envoûtant, ses yeux bleus lui avaient plu des le premier instant et il n'avait cessé de les regarder alors qu'ils faisaient l'amour … non alors qu'ils couchaient ensemble … Dionysos ne savait pas comment appeler cette relation sexuelle. « Pas la peine de me sortir ton sourire. » le prévint-il, même si cela ne l'empêcherait certainement pas de le faire. Ils avaient vécu suffisamment de fois cette scène pour savoir comment réagissait l'autre. « Tu comptes garder le paquet ou me le donner ? » demanda-t-il, préférant adopter l'attaque comme défense comme toujours quand il était mal à l'aise. Dionysos évitait non seulement de regarder le visage ( et même le corps ) d'Alex mais il évitait aussi de le toucher. Il voulait minimiser ses contacts avec cet homme de peur d'aller trop loin une nouvelle fois avec lui. Sa relation avec son petit-ami n'était pu la même qu'avant et cela lui manquait mais il savait bien que coucher avec Alex ne résoudrait rien, bien au contraire même. Il se demandait souvent si son copain aurait révélé son infidélité si il ne l'avait pas fait d'abord. Et c'était sans compter sur le fait qu'il ne pensait avoir été trompé qu'une seule fois.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Mar 31 Jan - 15:53

L'océan était pleins de poissons et Alexander le savait pertinemment. Lui, le parfait chasseur qui malgré son âge séduisait sans vraiment beaucoup d'effort, il devait le reconnaître. En même temps, il n'avait jamais chassé les hommes mariés ou cherché à briser des couples établies. Le psychologue avait toujours chassé en terre connue : bar et lieux de dragues en tout genre. Il n'avait donc aucune raison de s'attarder plus longtemps sur le cas Flanigan. Il avait couché avec lui. Il avait eu ce qu'il voulait alors pourquoi continuer ce petit jeu de séduction ? Il cherchait encore la réponse et pour l'instant tout ce qu'il pouvait faire dans cette situation c'était se mentir à lui-même. Qu'il n'y avait qu'une simple attirance sexuelle et rien d'autre. Et, cela malgré les magnifiques yeux de son ancien patient, son corps de dieux grecque et son odeur si suave comme addictive. Peut-être qu'il jouait car il voulait ce qu'il ne pouvait avoir ?

Alexander devant la porte de son voisin attendait qu'il lui ouvre à nouveau, car il n'était pas de ceux qui aimait s'adresser à une porte. Il aimait aussi avoir l'écrivain en prise dans son regard, plonger son regard océan pour essayer de le prendre à nouveau au piège comme il l'avait fait lors de leur seule nuit ensemble. Le trentenaire leva le paquet qu'il avait dans les mains pour bien signifier à son hôte que c'était pas une nouvelle de ses fumisteries qu'il avait l'habitude d'offrir. La repartie de Dionysos sur sa constante application à tout revenir au sexe le poussa à s'ouvrir un peu sur lui-même.« Pour certains, malheureusement si...Mais, promis, je me soigne. » Il avait commencé avec un ton désabusé et avait terminé avec son grand sourire qui cachait bien des choses. Ce sourire pour dissimuler son trouble, comme à chaque fois qu'il se retrouvait en présence du grand brun. Son cœur s'accélérant et ses interrogations martelant son esprit. Dionisos lui demanda soudain d'arrêter ce sourire, mais il en était incapable alors il préféra répondre avec son humour lascif. « Ah bon ? Tu préfères que je sorte autre chose ? » Son regard envoya une œillade coquine tout en baissant vers son entre-jambe. Ah ! Matthews et sa subtilité...

Se concentrant à nouveau sur la situation, il approcha le paquet des mains de Flanigan sans d'abord rien ajouter, mais au dernier moment. Il lui retira des mains et garda le paquet dans les siennes. « Je te le donnerais...mais si on discute avant. Si tu le veux bien ? » Les traits du visage de l'homme aux cheveux fauve se durcirent, montrant ce sérieux qu'il pouvait avoir. Comme tout psy, il était pour le dialogue, il avait un abcès à percer ici et il espérait pouvoir appeler à la lucidité de son voisin. « Juste discuter...Pas de piège et je garde mes mains dans les poches. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Mar 31 Jan - 16:18

Dionysos n'avait jamais réellement chercher à draguer, il connaissait son petit-ami avant même de penser au sexe ou même à l'amour et au fil des années ils étaient tombés amoureux l'un de l'autre. Il n'avait pas remarqué que le psy le draguait durant leur rendez-vous mise à part la dernière fois où ils avaient couché ensemble. Il avait espéré ne jamais revoir Alex pour sauver son couple mais le revoir n'avait pas été une si mauvaise surprise dans le fond, très profondément.

Dionysos ouvrit de nouveau la porte et regarda le paquet. Au moins il ne venait pas pour un prétexte bidon comme venir chercher du sucre ou n'importe quel autre truc qu'il devait avoir dans ses placards bien que Dio' ne viendrait pas vérifier. Alexander aurait bien pu suivre l'enseignement de Freud que cela ne l'aurait pas étonné vu qu'il ramenait toujours tout au sexe. L'écrivain ne prit pas au sérieux la première phrase de son psy, ne se doutant pas qu'il était un sex-addict. Il lui sortit ensuite son sourire charmeur qui faisait son effet même si Dionysos se mit encore plus sur la défensive. Si Dio avait un doute sur ce qu'il voulait sortir d'autre, il ne pouvait pas en avoir quand il suivait son regard. « Tu peux la laisser dedans, elle est pas impressionnante. » dit il en parlant de ce que cacher son pantalon. Il venait de mentir, Alex devait bien s'en douter. Alors qu'il allait prendre le paquet, le psy l'en empêcha et lui lança une offre. Le paquet contre une discussion. Il était sérieux, cela se voyait à son visage. Il soupira et se pousser tout en ouvrant plus la porte. « Entre, on va pas parler dans le couloir. » et il valait mieux discuter chez l'écrivain que chez le psy qui ne lui tendait pas un piège d'après ses dires mais Dionysos préférait se méfier. De plus rien que son sourire et ses yeux étaient des pièges fatales. Il avait déjà succomber une fois à ses charmes après tout. Il se dirigea dans la cuisine américaine, suivi par Alex, et lui posa une question « Un café ? Sauf si tu comptes pas rester longtemps. » Dio' préférait discuter autour d'un café et il pourrait aussi mettre un certain espace entre lui et Alex en s'asseyant de l'autre côté du comptoir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Mar 31 Jan - 23:00

Alexander ouvrit ses grands yeux bleus avec cette malice à la commissure des lèvres devant la petite pique de son voisin. Celle-ci impressionnait déjà le thérapeute, qui n'avait jamais entendu parler son patient avec autant d’aplomb et une telle liberté sur un sujet comme le sexe. Est-ce que son travail avait porté ses fruits où c'était cette ville et ce changement ?

Cependant, la remarque du grand brun piquait son égo et derrière le thérapeute, il avait un homme. Et, même si lors de ses séances il rassurait de nombreux hommes que la taille n'avait aucune importance. Le rouquin avait toujours été fier ce que la nature lui avait offert et son égocentrisme exacerbé, ne pouvait en laisser passer d'avantage surtout quand il pouvait rappeler quelques vérités. Oh...C'est vilain pinocchio...Tu ne vas pas devenir un vrai petit garçon si tu continues. Dois-je te rappeler que j'ai une parfaite image avec quoi ton cher et tendre t'a nourri pendant dix-ans ? Il offrit un parfait jeux de sourcils dans un tempo parfait. Langage explicite. Image crue. C'était du Matthews tout craché. Il avait couché avec le petit ami de Dionysos donc il pouvait parler en toute honnêteté. Cependant, il n'était pas venu jouer ce jeu là aujourd'hui, ce colis n'était qu'un prétexte pour discuter avec l'écrivain. Ce n'était pas sain pour le psychologue et il offrit un sourire reconnaissant quand il se vit invité à pénétrer dans l'appartement de son voisin.

Alexander suivit son hôte jusqu'à sa cuisine américaine et déposa son colis sur le rebord de sa table comme signe d'offrande. Il accepta le café proposé avec plaisir dans un hochement de tête avant de s'installer derrière la table de la cuisine américaine. Il tapota de ses doigts sur celle-ci avant de se lancer. Bon ! Tu sais par nos séances que je n'aime pas les non-dit et les situations irrésolues. Donc, d'abord, sache que je te regarde dans les yeux et je t'affirme que si je suis là, c'est une étrange mais parfaite coïncidence. J'ai accepté de reprendre un cabinet avec un vieil ami. Je ne savais pas que tu avais emménagé ici. Je ne sais pas si tu as appris mes déboires en Californie, mais ma carrière est terminée là-bas. Donc, c'est étrange, je te l'accorde, mais je ne t'ai pas suivis et je n'ai rien cherché à ce qui nous arrive. Est-ce que tu as des questions sur ce point ? dit-il en regardant son voisin avec intensité. Non, comme un prédateur mais comme celui d'un psychologue assuré qui ici essayait de mettre tout sur la table pour repartir sur des bases saines.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Mer 1 Fév - 7:23

Aucun homme appréciait de se faire attaquer sur la taille de leur sexe, cela fonctionnait toujours. Dionysos n'y avait jamais porté une grande attention, après tout il n'avait vu que celui de son petit-ami ( à part le sien évidemment ) avant de succomber aux charmes de son ancien psy. L'écrivain ne s'attendait pas à ce qu'Alex contre-attaque ainsi, il s'attendait bel et bien à une réplique mais à de ce genre. « Et surtout avec quoi il me satisfait pleinement, contrairement à d'autre. » répondit-il. Son petit ami était un amant doué, chacun savait ce que l'autre préférait depuis des années après tout. Alex avait été un excellent amant certes mais Dio' avait besoin de sentiment pour parfaitement s'épanouir dans une relation sexuelle, son côté fleur bleue sans doute. Les deux hommes avaient un rapport au sexe totalement différente de toute façon.

Ils se dirigèrent ensuite dans la cuisine où le psy put s'asseoir tandis que le plus jeune servit deux tasses de café. Il y avait du sucre sur le comptoir et il en prit deux. L'idée de le mettre dehors, maintenant que le colis était posé, lui avait traversé l'esprit mais il ne le fit pas. Le psychologue commença la discussion. Dionysos n'avait pas imaginé qu'il avait déménagé ici pour le suivre, pourquoi aurait-il fait cela ? Ce n'était pas comme si il avait une liaison amoureuse avec son petit ami ou lui, non? « Je n'ai jamais cru ça, ça fait très psychopathe et t'en es pas un. » Il mourrait d'envie de demander ce qu'il s'était passé en Californie pour que cela l'oblige à déménager. L'écrivain était curieux de nature et il luttait pour ne pas poser la question, il ne voulait pas se sentir désolé pour le psy. « Il s'est passé quoi en Californie ? » demanda t il finalement, il était trop curieux pour son propre bien. Il ne se doutait pas que c'était une affaire de détournement de mineur. Dionysos aurait même tendance à le croire innocent, il ne connaissait pas très bien Alex mais suffisamment pour savoir qu'il n'était pas intéressé par les mineurs. « La seule question que j'ai c'est pourquoi tu me draguais alors que tu sais très bien que je suis en couple, que je l'aime et que je déteste l'infidélité. Tout n'est pas de ta faute, ce qu'on a fait ce fait à deux après tout, et je me demande même pourquoi j'ai … on … enfin tu vois. » Dionysos ne lui rejetait pas entièrement la faute, Alex avait été loin de le violer bien au contraire même vu qu'il en avait redemandé ( chose qu'il n'avouera jamais ).
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Mer 1 Fév - 10:58

Alexander s'enthousiasma soudainement par le goût fruité du jeu et de la repartie. C'était un joueur chevronné et de s'adonner à sa discipline préféré avec le beau écrivain créa chez lui quelques accélérations cardiaques. Après, l'avoir attaqué sur sa virilité, Flanigan l'attaquait sur ses talents à satisfaire un homme. C'était encore plus humiliant pour lui, mais il n'afficha qu'un sourire que plus carnassier. Il se recroquevilla un instant sur lui-même, serrant la boite contre son cœur. Oh...Mon cœur...Cela me fait tellement de mal ce que tu viens de me dire... Il se releva aussitôt, prêt à frapper comme un serpent, car si Alexander aimait jouer, ce qu'il aimait surtout c'était gagner, même s'il devait briser quelques barrières pour cela. Mais, tant mieux s'il te satisfait pleinement...Il faudra quand même que tu demandes à ton cher et tendre si c'est le cas de son côté ? Il t'a dit combien de fois il t'avait trompé ? C'était violent, mais Matthews ne faisait rarement dans la dentelle.

Une fois à l'intérieur devant, Alexander remercia pour ce café et commença à touiller avec la cuillère présente à côté de la tasse. Il était très content de voir qu'il n'avait aucun mal-entendu sur son emménagement. Le trentenaire agita sa cuillère tout en lâchant un rire sonore à la remarque de l'écrivain. En effet, il avait beaucoup de défauts, mais il n'était pas un psychopathe. En effet, je n'en suis pas un. Le psychologue posa sa cuillère et but une première gorgée de son café qu'il aimait noir et corsé. La question sur ses déboires ne le choqua pas, déjà rien ne choquait le grand rouquin. Il était toujours franc et honnête. Petit curieux va ! On va dire que mon appétit sexuel m'a joué des tours. J'ai été dans une blackroom et il a eu un contrôle d'identité. Et, le jeune homme qui s'amusait avec ma virilité ne semblait pas avoir l'âge légal. Bien sûr, je n'ai pas été inculpé car la faute revenait à l'établissement qui n'aurais jamais du faire entrer un mineur, mais le mal était fait... termina t-il en sirotant une nouvelle gorgée. Ah, la franchise de Matthews ! Il posa surpris sa tasse dans sa coupelle tout en regardant l'écrivain avec ses grands yeux inquisiteurs. Il n'aimait clairement pas ce qu'il venait d'entendre. Oh, sweety, ne réécrit pas l'histoire, s'il-te-plaît. J'ai été effectivement toujours flirty avec toi, et c'est effectivement moi qui t'es invité au restaurant, puis à ce dernier café chez moi. Mais, je ne pense jamais avoir placé un couteau sous ta gorge ? Alexander passa sa langue sur ses incisives. J'ai laissé des portes ouvertes et...Dois-je te rappeler qui a embrassé qui ce soir là ? Le psychologue se pencha sur la table en direction de son hôte, approchant son visage dangereusement. Car, effectivement, il avait tout fait pour gagner ce baiser, une ambiance à la bougie, un rapprochement sur un canapé et sa main finalement sur la cuisse du beau écrivain.

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Mer 1 Fév - 11:28


Dionysos savait bien que son psy aimait le sexe, adorait même, alors l'attaquer sur ses performances sexuelles devait le toucher sauf que la contre-attaque de Alexander fut douloureuse et lui rappela le doute qu'il avait essayé d'oublier. Il n'avait trompé qu'une seule fois son petit-ami et il avait rapidement fait part de son infidélité tellement il se sentait mal et son petit-ami lui avait seulement révélé l'avoir aussi trompé à ce moment là, faisant ainsi penser à Dio' que si il n'avait rien dit alors il ne saurait rien sur l'infidélité de sa moitié donc il aurait pu continuer ou même ne pas l'avoir qu'une seule fois. « Tu doutes de ma capacité à satisfaire un homme ? Je t'ai satisfait si je me rappelle bien. » et il ne dit rien sur le nombre de tromperie de son petit ami.

Dionysos porta sa tasse à ses lèvres tandis qu'il écoutait l'histoire d'Alex. Il eut un sourire et envie de rire. « Tu sais qu'il n'y a pas de backroom dans cette ville ? Déjà qu'un sex-shop ça m'étonnerait. Tu vas pouvoir survivre ? » Il imaginait très bien la scène. Il ne comprenait pas le rapport que le psy avait au sexe, et ignorait pleinement son addiction. Dionysos aimait le sexe évidemment mais ce n'était pas vitale pour lui.

« J'ai bien dit que la faute était partagée. Tu as profité d'un moment de faiblesse et oui tu me plais … plaisais mais jamais je n'aurais dû accepter. Tu ne m'as pas forcé la main. Tu savais les mots que j'avais besoin d'entendre. Et pas la peine de me dire qui à embrassé qui au début, je sais très bien que ce n'est pas toi. Et là tu continues à me draguer. » dit il en reculant son visage. Avec les lèvres d'Alex aussi proche des siennes, il avait envie de l'embrasser, de sentir une nouvelle fois sa langue jouait avec la sienne, ses lèvres mordre gentiment sa lèvre inférieur. « Pourquoi tu continues de me draguer ? Tu pourrais pas te contenter d'être amical ? » mais Dionysos n'était même pas sûr de vouloir être ami avec lui ou juste ami. Il évitait toujours de le regarder droit dans les yeux et encore chance que cette fois-ci le psy était bien habillé, pas comme quand il prenait son journal au même moment que Dionysos qui avait toujours du mal à ne pas regarder ailleurs dans ce cas.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Mer 1 Fév - 16:50

Alexander posa un sourire calme et doux sur son visage car il revoyait à présent avec beaucoup de plaisir cette nuit avec l'écrivain. C'est vrai qu'il l'avait intérieurement satisfait, ce qui n'arrivait presque rarement. Il s'était passé quelque chose dans son lit, quelque chose qu'il n'avait pas senti depuis des années : une connexion et une compréhension du corps de l'autre dans des gestes attentionnés. Mais, il était trop chien fou pour le reconnaître, alors il dodelina de la tête comme un enfant tout en reprenant un sourire de chasseur. Hum...Je sais pas...J'ai oublié je pense...Il faudrait me rafraichir la mémoire, tu penses que tu pourrais faire ça ? Bien sûr, cette question n'appelait à rien, car il savait que Flanigan ne recoucherait pas avec lui, il pouvait le lire dans ses yeux. Mais, le chasseur qu'il était ne baisserait pas les bras pour si peu.

Alexander sa tasse sous ses lèvres, s'amusa avec son voisin de ses déconvenues. Car, il n'était pas Homme à s'attarder sur ses problèmes, il aimait aller de l'avant, mais ce que prononça comme paroles Dionysos étaient tout à fait juste. Il leva les yeux au plafond, l'air de réfléchir un instant et ajouta. Aucun sex-shop...Monroe est une ville virginale, tu vas t'y plaire. Pour moi, je survivrais, il n'y a pas de raison. D'un côté, c'est bien, je vais pouvoir repartir sur des bases plus saines. Je m'étais légèrement laissé aller ces dernières années...Qui sais...J'irais peut-être à mon premier rendez-vous galant en 7 ans... 7 ans que maintenant Samuel était décédé. Cette pensée l'attrista intérieurement, mais le trentenaire ne montra rien et continua de siroter son café l'air de rien.

Oui, je continue de te draguer c'est vrai. Tu n'aimes pas ? Tu veux que j'arrête ? Ces questions étaient à nouveau rhétoriques car il n'avait aucune envie d'arrêter. Il profita du recul de l'écrivain pour s'asseoir lui aussi plus profondément dans son siège. Il termina sa tasse tout en l'écoutant. Le petit geste avec ses lèvres ne passa pas inaperçue et il répondit aussitôt. J'adore quand tu te mords la lèvres comme ça...Tu faisais pareil lors de nos séances. Tu sais comment on appelle cela dans mon jargon. Un IOI. Un Indicator of interest. Tu essayes tellement de te convaincre de quelque chose que ton corps réagit. Il profita d'avoir le regard si pénétrant de l'écrivain dans sa visée pour continuer à ce qu'il avait à dire. Et, c'est ici que le bât blesse mon cher ami, je ne sentirais pas que je t'intéresserais. J'aurais abandonné, mais même là, tu ne sens pas toute cette tension sexuelle entre nous ? Tu vas me dire que tu n'as pas envie de m'embrasser comme j'ai envie de le faire, là ? Il posa sa tasse vide qu'il repoussa plus loin sur la table et croisa ses bras très calmement. Comme il l'avait promis, il serait sage, mais pour lui sa franchise le poussait à être des plus honnêtes.

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Mer 1 Fév - 17:14


« Je te laisse te rafraîchir la mémoire seule avec ta main droite. » lui lança-t-il et le regrettant aussi car il savait très bien que cela allait mener à autre chose. Les deux hommes savaient très bien qu'ils ne coucheraient pas ensemble et Dionysos allait même jusqu'à penser qu'ils ne coucheraient pu jamais ensemble chose que le psy ne pensait pas sinon il ne serait pas en train de le chauffer à chaque fois qu'il en avait l'occasion. « Je suis con. » se dit-il plus à lui que pour la discussion. « C'était un rendez-vous pour moi quand on est allé au restaurant, mais évidemment ce n'était qu'un moyen de t'avoir dans ton lit. » Il occulta le reste de ses paroles bien qu'il n'aurait pas dû vu que cela menait à d'autres questions. Alex parlait beaucoup de recommencer, de se soigner, de base saine et évidemment de sexe mais il parlait toujours de sexe. « Tu sais très bien que je veux que tu arrêtes. Même si tu vas continues. » répondit-il, zappant une des deux questions dont les deux hommes connaissaient la réponse : oui, il aimait bien mais ce n'était pas bien. Alex n'essaya pas de se rapprocher et au contraire il s'installa bien dans son siège. Au moins il n'y avait aucun risque de contact.

« Je ne suis pas comme toi Alex. Tu veux la vérité ? Oui je la sens cette tension, oui j'ai envie de t'embrasser et j'irais même plus loin : j'ai envie de faire l'amour avec toi. Sauf que je suis en couple et aussi incroyable que cela puisse te paraître, c'est bien plus important que mes désirs envers toi. Je l'aime et pu jamais je ne le trahirais. Le sexe signifie quelque chose pour moi et toi non. J'ai même cru avoir un rendez-vous avec toi et tu viens de dire que non. » dit-il en se lançant presque dans un monologue. C'était sorti tout seul et il rougit aussitôt en se rendant compte de ce qu'il avait dit au début. Il avait avoué vouloir faire l'amour avec lui, et pas du sexe mais faire l'amour. Il venait de dire qu'il était intéressé et c'était tout ce dont avait besoin Alex pour continuer. « J'en reviens pas de ce que je viens dire. Je … je crois que … j'en sais rien. » Il ne savait même pas ce qu'il avait voulu dire. Alexander le mettait mal à l'aise et il savait si bien lire en lui qu'il devait s'en douter mais il devait aussi voir plus loin. Dionysos avait peur de rester avec son petit-ami car c'était tout ce qu'il connaissait, qu'il était avec lui depuis des années, qu'il avait ses habitudes avec lui. Il en avait déjà parlé lors de leur séance.

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Mer 1 Fév - 21:42

« Ooh ! Monsieur Flanigan ! » Le psychologue se mit à rire à gorge déployée. « J'avais cru lors de nos séances que tu désapprouvais ce genre de pratique quand je t'en avais fait le conseil, même pour toi même ? » Pour la suite, Matthews ne sentait en général jamais coupable de ses techniques pour mettre un homme dans son lit. Cependant, étrangement, il sentit une pointe dans sa poitrine et son égo pensa automatiquement à une possible crise cardiaque, alors que l'évidence était plus simple, c'était les paroles de Dionysos qui le touchait. Toute cette confiance qu'il affichait s'effaça quelques secondes. « Tu n'es pas con...Ne dis pas ça. C'est moi qui t'es roulé car je ne suis pas une personne bien. » C'était aussi simple que cela et dans d'autres circonstances, il aurait complétement assumé ce rôle de méchant, mais ici ce resserrement de sa cage thoracique ne le rendait pas vraiment heureux. Puis une question s'installa en lui : Est-ce qu'il continuerait s'il ne sentait pas son hôte intéressé ? Il leva le menton et commença à gratter sa barbe naissante. Il avait prit une décision, peut-être car le goût de la culpabilité se rependait dans sa bouche. « Si tu veux que j'arrête alors j'arrêtais. Tu as ma parole. Je pensais juste que cela te plaisait, mais je n'ai pas déménagé de Californie jusqu'à ici pour faire souffrir monsieur l'écrivain. »

Alexander écouta et ne posa aucun jugement dans son regard. Il s'avança pour poser ses coudes sur la table et joignit ses mains. « Tu n'as pas à rougir de ce que tu viens me dire. Je suis même plutôt fier de toi. Tu avais toujours du mal à exprimer ce que tu ressentais lors de nos séances. C'est intéressant. Donc, pour toi le repas et la nuit passée ensemble c'étaient un début de romance ? » Le psychologue tapota ses doigts qui se touchaient tout en voulant souligner un point important à l'écrivain et surtout répondre à sa colère. « Tu sais, nous n'avons peut-être pas la même conception des rapports sexuels, mais j'ai une conception du couple comme tout un chacun. Je crois à la fidélité, la patience, l'ouverture et que tu me crois où non j'ai été en couple pendant 5 années. Est-ce que je t'ai dit une fois lors de mes séances de tromper ton cher et tendre ? Est-ce que je t'ai poussé à l'adultère par mes mots ? » Alexander aurait pu faire les réponses, mais il préférait être rassuré par son ancien patient. Il l'avait toujours poussé à s’extérioriser et à être plus libéré c'est tout. « Maintenant, est-ce que tu veux mon avis impartiale de psy sur tout ça ? »


Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Mer 1 Fév - 22:06


« Je désapprouve pas, j'en ai simplement pas l'utilité. Pourquoi j'utiliserais ma main alors que j'ai un homme que j'aime pour … tu vois. » Son petit-ami n'était évidemment pas là pour remplacer sa main, ce n'était qu'un à côté – un à côté qu'il adorait certes. Et il voyait aussi cela comme une sorte de tromperie, c'était stupide et il n'en voudrait pas à son petit-ami de se masturber mais lui ne pouvait pas. Il pouvait vivre sans sexe, il l'avait bien fait avant de découvrir la masturbation puis le sexe mais depuis il n'avait jamais arrêté vu qu'il n'avait jamais été célibataire et ce devoir conjugal était tout sauf une obligation, il aimait faire l'amour après tout.

Dionysos se sentait idiot. Il avait cru être plus qu'un simple coup d'un soir. « Assez con pour tomber dans le panneau en tout cas. » lui dit-il. Il n'arrivait pas à voir Alex comme un pervers qui n'avait souhaité que le mettre dans son lit sans rien vouloir de plus cependant il ne s'attendait pas non plus à avoir une relation durable avec. Le psy lui dit qu'il arrêterait de le draguer. C'était une proposition intéressante et très tentante pourtant il n'arrivait pas à accepter. Il aimait se faire draguer par le trentenaire même si jamais il ne le dirait. « Je sais bien que tu n'es pas ici pour moi, c'est le hasard. »

« Pas à rougir ? Tu m'as entendu ? J'ai dis vouloir … enfin tu vois. » dit-il, se refermant un peu. Il ne pouvait pas le redire, il ne pouvait pas redire qu'il voulait effectivement coucher avec son coup d'un soir, son seul et unique coup d'un soir ( même si Dio' ne le voyait absolument pas comme un coup d'un soir ). « Tu sais très bien que oui. J'ai été assez con pour croire que tu voulais plus que du sexe. » L'écrivain fut étonné d'apprendre que son ancien psychologue ait été dans une longue relation où la fidélité était un point important. C'était plaisant à entendre … Dionysos se reprit avant d'espérer quelque chose qu'il ne devait pas. « Tu me draguais ouvertement même si j'ai rien remarqué avant que tu m'invites. » Pour lui c'était le pousser à l'adultère en le tentant même si jamais il n'avait été forcé à quoi que ce soit. Il s'en voulait d'avoir été faible. Le plus jeune ne savait pas si il désirait l'avis professionnel de son ancien amant. « Je sais pas … vas-y donne le. » dit il, assez peu sûr de lui.

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Jeu 2 Fév - 16:34

« Oui, mais si ton Homme n'est pas là et que tu as une folle envie d'apaiser cette tension sexuelle entre tes reins, hein ? » Matthews gardait toujours le même regard amusé. Il n'y avait aucune attaque, après tout, cette discussion, il l'avait eu de nombreuses fois avec son patient et il n'y avait rien de houleux juste un échange.

« Oh, arrête ! On dirait que je t'ai volé un rein. C'était pas bien ce qu'on a eu ? Pour moi, c'était une soirée magnifique du début à sa fin. Pourquoi mettre du négatif dessus ? » Même si son caractère était toujours de voir le positif, le psychologue n'avait pas passé une aussi bonne soirée depuis fort longtemps et en réfléchissant bien cela avait été bien un rendez-vous en faite. Dionysos avait été le premier en sept ans qu'il avait invité au restaurant. Pourquoi il ne l'avait pas comptabilisé alors ? Peut-être car il était en couple ? En tout cas son humour taquin revint à la charge et il ne put s'empêcher de demander avec son plus grand sourire. « Pourquoi, tu aurais voulu que je sois là pour toi ? », continua t-il avec une œillade aguichante.

« Et ? C'est sale ? Je peux te dire que non. Tu as des pulsions. Tu es tout simplement humain. Moi aussi j'ai envie de te faire l'amour et rien que de te voir cela...devient très DUR à gérer. » Humour dans la voix et dans le regard, c'était la méthode Matthews pour détendre l'atmosphère. « Plus sérieusement, tu es d'accord que malgré tout ça nous sommes pas entrain de le faire sur le sol de ta cuisine ? Donc, rassures-toi, tu n'es pas un monstre. Tu as tout simplement des désirs, d'où l'utilité de la masturbation. Mais, nous revenons à un sujet déjà étudié... » Alexander aurait voulu que tout le reste de la conversation soit aussi simple. Pourtant, il soupira car il n'aimait pas certains points de l'histoire qu'il voulait tout de suite rectifiés. « Je te rappelle que c'est toi qui est partit avant même que je sois réveillé, qui n'est plus venu aux séances et qui a déménagé sans prévenir. Pour quelqu'un qui pensait que c'était pas uniquement un coup d'un soir, tu agis étrangement...»

« C'est vrai, je te l'accorde. Mais, sincèrement, tu t'es vu ? Tu es juste à croquer. » Alexander savait reconnaitre ses erreurs et c'est vrai qu'il avait surement aider à pousser Dionysos à l'adultère. Une fois, que l'écrivain lui donna son accord pour son avis, il se lança. Il toussa légèrement et prit une position pensive. « Donc, je pense qu'il ne faut pas tu sois en colère après tout ce qui arrives. Pour moi, tu as connu ton cher et tendre trop tôt, lui comme toi, vous n'avez pas pu vous extériorisez au monde. L'amour est une très belle chose et il y a pleins de personnes qui le recherche. J'ai l'impression que maintenant, tu as peur de sortir de cette bulle, mais il ne faut pas. Si, tu veux rester car tu l'aimes et qu'il est toute ta vie. Reconstruis. Bat toi. Mais, si ce n'est pas le cas, il ne faut pas rester pour les mauvaises raisons. Et, si tu as encore de la patience, j'aurais quelque chose à ajouter sur son cas, si tu permets ? »



Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Jeu 2 Fév - 17:05


Dionysos ne répondit pas à la question, gêné par la réponse qu'il avait en tête. Il savait bien que la masturbation n'avait rien de sale mais il n'aimait pas en parler et pis ce n'était pas comme si Alexander ignorait la réponse à sa question. Dio' n'était pas assez libéré pour parler de sexe comme un sujet ordinaire mais il avait fait des progrès, notamment grâce à son psy. « Pourquoi mettre du négatif ? Je suis en couple, j'étais ton patient et surtout tu ne voulais que me mettre dans ton lit. À part ça, c'était vraiment une magnifique soirée. » lui dit-il. La soirée en elle-même avait été parfaite, le meilleur rendez-vous de sa vie, cependant le contexte mettait du négatif. Alexander n'était que le deuxième homme avec qui il avait eu un rendez-vous et c'était aussi le premier avec qui il trompait quelqu'un.

Alexander sortit une nouvelle allusion au sexe. « J'ai des toilettes si tu veux te soulager. » lui dit-il, non sans avoir pensé l'espace d'une seconde à l'invité dans sa chambre. « Un sujet que je n'ai pas envie d'étudier de nouveau. » La discussion devenait de plus en plus comme un entretien avec son psy et ce n'était pas si désagréable.

Dionysos se rappelait très bien du matin où il s'était réveillé dans les bras d'Alex. Il c'était d'abord senti euphorique et si bien dans les bras de cet homme puis il avait pensé à son petit-ami et il c'était affreusement mal, stupide, égoïste et un véritable salopard. Il était alors parti discrètement, sans réveillé son psy. Il avait révélé son infidélité et on connaît la suite de l'histoire. « Je suis en couple, je devais faire quoi d'autre ? Rester avec toi, prendre le petit-déjeuner et retourner voir mon petit-ami ? Je ne savais pas comment agir et j'ai pas réfléchi. J'aurais au moins dû te dire que je partais. » lui dit-il.

Alors qu'il répondait à sa question, Alexander continuait de le draguer. « J'ai l'impression d'être de la nourriture là. » C'était faux, son compliment lui plaisait mais il ne voulait pas qu'il continue … parce qu'il était en couple. Le psy donna ensuite son avis professionnel et demanda la permission d'aller plus loin. « Sur son cas ? Tu le connais à peine, mieux que ce que j'aurais voulu mais tu l'as vu une fois. Mais vas-y, donne ton avis. » dit-il alors qu'il digérait ce que venait de lui dire Alex. Il n'avait sûrement pas tort, Dio' n'avait connu que son petit-ami et il avait toujours pensé que c'était suffisant jusque Alex. Avant qu'il puisse lui répondre sur le cas de son petit-ami, il demanda « Tu crois que je reste pour les bonnes raisons ou les mauvaises ? »

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Jeu 2 Fév - 21:34

« Et, pourtant, je t'ai pas collé contre un mur avec main dans ton pantalon. Je t'ai invité à dîner, on a discutés pendant des heures, il y a eu ce moment chez moi. Je t'ai offert quelque chose que j'offrais plus depuis longtemps. » Alexander n'essayait pas de se justifier malgré son ton. Il posait sur la table la simple notion qu'il n'était pas du genre à faire autant d'effort pour mettre quelqu'un dans son lit. Et, pourtant, tout avait été simple et très agréable, pour lui il n'y avait rien à jeter.

Le psychologue se pinça les lèvres pour étouffer son rire assez gras et cela depuis bien des années. Il ne fumait pourtant pas. « Vraiment ? Je peux ? Je serais très heureux de laisser ma contribution sur les murs de tes toilettes. » Il regarda un instant Dionysos, ne pouvant être gêné face à une perche si gentiment offerte. Il connaissait son talent à la repartie, il ne fallait pas lui en offrir des aussi simples. Mais, ils allaient peut-être arrêtés sur ce sujet là et quand son camarade souhaita en terminer, il hocha la tête dans un accord parfait.

Alexander se souvenait encore de ce matin. Il n'était habitué à que ses aventures restent. C'était quelque chose de récurant et de triste, mais il s'était habitué avec le temps. Et, pourtant, ce matin bêtement il avait cherché l'écrivain, entrant dans chaque pièce pensant qu'il le croiserait enfin. « Oui, tu aurais dû. Moi, après, j'ai pensé que tu avais prit ton pieds, tu avais aimé cela et que tu étais retourné chez ton homme. Après tout, c'est toi lors de nos séances qui ne pouvaient me dire à quel point tu l'aimais. » Il avait à nouveau aucun reproche, juste expliquer pourquoi le psychologue n'avait pensé qu'à un coup d'un soir. Mais, est ce qu'il aurait agit différemment si cela avait été autrement ?

« Il faut arrêter un peu. Je suis sûr que ton cerveau est charmant, mais c'est pas lui que j'ai aimé léché. Si tu te souviens ? » Le grand rouquin sortit le bout de sa longue rosée avant de partir dans un long monologue qui était pour lui important à exprimer. Mais, la réponse de Flanigan le mit automatiquement sur la défensive. Oh..Il ne manque pas d'air, le cochon ! lança t-il pour lui. « C'est ce qu'il t'a dit ? » Alexander se renfonça dans son siège et leva les yeux au plafond complétement désabusé. Cela faisait plusieurs mois qu'il couchait avec le petit copain de Dionysos. Ce n'était pas rien et surtout pas une fois. Son visage se fit plus sérieux à la dernière question de son hôte. Cette question...« La question à un milliards, que tout le monde me pose en thérapie. Je n'ai pas la réponse, Dionysos. Il n'y a que toi qui peux le savoir. Mais...je me dis...que pour t'y aider...Je pourrais te proposer quelque chose...», termina t-il tout aussi sérieux en plantant son regard dans celui du si beau écrivain.

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Jeu 2 Fév - 21:56


C'était vrai, la soirée avait été parfaite. Il avait adoré passer autant de temps avec son psy, bien que durant leur soirée ce n'était pas du tout le psy qu'il fréquentait mais l'homme. Il n'avait pas pensé à son petit-ami avant son réveil et ce fut brutal pour lui. Il aurait évidemment mal pris de sentir la main du trentenaire s'immiscer dans son pantalon, la soirée avait suivi son cours et ils avaient couché ensemble quand l'écrivain c'était senti prêt. Alexander ne lui avait donné que la possibilité de sortir de ses inhibitions. Dionysos avait dû mal à se pardonner d'avoir trompé son petit-ami et le fait de l'avoir aussi été lui faisait pensé que cela compensait un peu. « Surement parce que tes conquêtes ne veulent que partager ton lit donc tu n'as pas besoin de faire des efforts. »

« Je sais même pas pourquoi j'ai dis ça. » dit il en rougissant plus pour lui même, en tendant une perche aussi longue Alex allait forcement la prendre et en profiter. Il avait mérité cette phrase, il devait faire plus attention avec cet homme. Dionysos enviait la faculté de son voisin à parler aussi facilement de sexe, ce n'était pas son cas et il était plutôt coincé bien que quand il était dans un lit c'était totalement différent.

« Pour ça je te dois des excuses. J'aurais dû au moins te laisser un mot et au mieux te le dire en face. Mais tu es tellement sûr de toi que tu m'aurais fait douter. Je suis pas comme toi, j'ai besoin de temps pour ce genre de chose et on a précipité les choses en couchant ensemble … non j'ai précipité les choses. » avoua-t-il car après tout c'était bien lui qui avait initié le baiser et le reste. Bien qu'Alexander avait en tête de coucher avec lui en lui proposant un dernier café, c'était bien lui qui l'avait embrassé. Le psy ne l'aurait jamais obligé à faire quelque chose qu'il n'aurait pas voulu faire, il pouvait agir comme un connard arrogant mais pas comme un violeur.

Il ne répondit pas à Alex, se contenant de lui lancer un regard qui voulait à la fois dire oui et tais-toi. « Pas exactement, il a dit qu'il a couché une fois avec toi, mais peut être que vous vous êtes vu avant … ou après. » dit il, pensant que Alex parlait de simple rencontre et non pas du nombre d'infidélité. Évidemment il ne répondit pas à sa question. « T'es bien un psy, tu me fais parler et tu me donnes pas les réponses. Pour quelles raisons, toi, tu penses que je reste ? » lui dit il avant de peser le pour et le contre de sa proposition … enfin de sa proposition de proposer une proposition plutôt. « Si ça n'inclut pas coucher avec quelqu'un d'autre alors proposes. »

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Jeu 2 Fév - 23:43

« C'est vrai. Je ne côtoie et je n'évolue que dans des univers où je ne peux que rencontrer des coups d'un soir. Mais, sache que j'en ai tout à fait conscience, c'est tout ce que j'ai trouvé pour l'instant, pour palier ma maladie... » Aie ! Alexander se mordit la langue, sa grande franchise avait ouverte sur sa plus grande blessure et ce n'était pas ce qu'il avait cherché. Bref, le mal était fait, il allait faire comme d'habitude et faire comme s'il n'avait rien dit.

« Peut-être que tu as envie de me voir en pleine action ? Je peux te faire ce plaisir si tu veux ? J'y vais et je laisse la porte de tes toilettes ouvertes. Je serais heureux de t’initier au voyeurisme. C'est très excitant, je te promets. » Le ton était humoristique, mais avec Matthews on ne savait jamais où s'arrêtait la plaisanterie et ou commençait la réalité d'une proposition.

« J'accepte tes excuses. Et, moi, je te dois des excuses sur mon attitude poussive à ton égard. J'aurais pas dû prendre cela uniquement comme un jeu car il y avait derrière un jeune homme qui attendait plus de ma part. Mais, si cela peut te rassurer, je ne chasse pas les hommes en couple en règle général. » C'était une des règles du psychologue, il n'aimait pas briser les couples et cela allait à l'encontre de son travail. Maintenant, c'est vrai que dans les endroits de débauches où il se rendait, le trentenaire ne s'amusait jamais à demander si ses partenaires étaient en couple.

Il avait une belle réponse de prête pour les infidélités du petit ami de l'écrivain, mais il préféra se taire. « Oh ! Je te rappelle que mon travail c'est pas donner les solutions, c'est t'aider à les trouver. Si c'était si simple que cela, tout le monde viendrait, je claquerais des doigts et...magie ! » Alexander récupéra la cuillère encore dans sa tasse et la posa entre ses lèvres, non de façon sensuel mais juste pour aider sa réflexion. « Mais, si tu veux mon avis brutale et sans pincette...Je te le donne...Je pense que tu restes car tu as peur de toi-même. Tu as tellement pas d'estime pour toi, que tu préfères souffrir face aux infidélités d'un petit ami, qu'une partie de toi savait, plutôt que de partir. Je pense que tu restes car tu imagines qu'il y a rien pour toi dehors, que tu ne mérites rien d'autre ce que tu as actuellement. Je pense finalement que tu resteras car tu as peur d'approcher la part d'ombre que nous avons tous : Flirter avec le danger, se laisser séduire par un inconnu, ect...C'est triste, mais tant que tu ne voudras pas approcher tout ça, tu ne trouveras pas tes réponses. »

Après, ce monologue, le psychologue s'étira toujours sa cuillère dans sa bouche. Il s'amusa de la réponse du beau brun et avec un regard malicieux lui lança. « Je te proposerais rien alors... » Ah ! Piquer la curiosité de l'autre, c'est toujours aussi amusant pour Matthews.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Ven 3 Fév - 9:51


« Ta maladie ? T'es malade ? Tu as quoi ? » demanda-t-il, l'inquiétude se sentant clairement dans sa voix. Dionysos pensait à une maladie grave et mortel comme un cancer ou le SIDA ou encore une insuffisance rénale. Si c'était le SIDA, cela ne changerait rien pour l'écrivain qui savait très bien qu'ils avaient pris leur précaution quand ils avaient couché ensemble. Il n'imaginait pas qu'il était sex-addict, ne sachant même pas que c'était une maladie en réalité. Il regardait le psy dans les yeux, voulant être sûr d'entendre la vérité et l'aider.

« Je ne vais pas répondre sinon tu vas encore me sortir quelque chose du genre. » lui dit-il en souriant légèrement car il était amusé. Il était presque certain que ce n'était pas une blague et que Alex était bel et bien capable de se faire du bien tout seul en face de lui. Dionysos avait déjà été un voyeur, uniquement lors de son adolescence et quand il regardait des films interdits à son âge.

« J'accepte tes excuses. Et non, ça me rassure pas. » lui dit-il. Il avait l'impression d'avoir été juste un challenge pour lui quand il lui dit une nouvelle fois que ce n'était qu'un jeu et qu'il ne draguait pas les hommes en couple normalement. Si il draguait un homme dans un sex-club, il devait forcement penser que cet homme était célibataire sinon pourquoi serait-il dans ce genre de lieu ? Dans ce genre de circonstance, il ne faisait rien de mal en couchant avec un homme en couple. Mais ce n'était pas le cas de Dio', ce dernier était en couple et il le savait. Une petite part de lui était aussi content d'être une exception.

Dionysos lui demanda son avis et le psy lui sortit un speech digne d'un psychologue, son métier était t'aider à trouver les solutions et pas à les donner. Mais Alex n'était pas chez lui en tant que psy mais en tant que "amant d'un soir devenu voisin et c'est super compliqué parce que je crois que j'éprouve quelque chose pour toi". Il lui donna finalement son avis et cela fut difficile à entendre. L'écrivain fuyait son regard désormais. « Aux infidélités ? Tu veux dire à l'infidélité, non ? » demanda-t-il, le doute sur le nombre de tromperie revenant. Il avala difficilement sa salive en attendant une réponse. « J'ai de l'estime pour moi, je … » il se mettait à douter. Il se leva et se retourna pour aller vers le frigo et en profita pour passer une main sur ses yeux pour sécher les larmes qui montaient. Il avait voulu son avis et il l'avait eu. Il ne pouvait s'en vouloir qu'à lui même. Il referma le frigo sans rien prendre et prit des cookies dans un placard. Il posa le paquet entre eux pour que Alex puisse en prendre si il le voulait.

« Tu allais me proposer de coucher avec toi, non ? » demanda-t-il. Matthews savait qu'il était curieux et il faisait tout pour piquer sa curiosité. « Propose, je peux toujours refuser. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Ven 3 Fév - 14:32

« Rien. Rien de contagieux, je te rassure. » Alexander alla soutenir le regard du beau brun face à lui. Il était normal pour lui de rassurer son partenaire d'une nuit. Ils avaient prit leurs précautions, c'était vrai, comme tout adulte responsable. Et, le psychologue pouvait le rassurer sur l'absence de MST ou contamination au HIV. Sa sexualité très active le poussait à avoir une hygiène sexuelle irréprochable.

Il ne rajouta rien de plus sur l'histoire des toilettes, mais ce fut le visage d'un grand enfant qu'il afficha. Alexander agita sa tête, tout content de cet échange grivois qui changeait de leurs discussions lors de leurs séances. Ce n'était plus aussi formel, c'était plaisant et il aurait pu rester ainsi à discuter pendant des heures alors que l'heure filait sur sa montre. Dans moins d'une heure, il devait se rendre à son cabinet pour commencer sa journée.

« Nous nous sommes tout les deux excusés. C'est bien ! » dit-il avec franchise. Le psychologue se rendait compte qu'il était surtout ici aujourd'hui pour combattre cette colère qu'il planait encore au-dessus de leurs têtes. C'était son travail de dénouer les situations et d'enfin imposer une certaine paix. Pour lui, c'était idiot de faire une si grande histoire pour tout simplement une attraction réciproque qui avait mené à faire l'amour. C'était tout à fait normal pour lui et surtout humain.

Il voulait vraiment l'aider et pour cela il était prêt à aller jusqu'à afficher les infidélités du petit ami de son patient. A sa question, il soupira et plongea dans les regard de son hôte. « Non, tu m'as très bien entendu ! Et, je sais qu'au fond de toi, tu le sais. Pense à toutes les fois lors de nos séances ou tu parlais de tes doutes ? » Car, son cher et tendre était rentré plus tard ou qu'il avait retrouvé des préservatifs dans la poche de son pantalon en faisant la lessive. La suite était peut-être plus problématique, car ce que le psychologue avait à dire à Dionysos était direct et sans concession. Il ne regretta pas ses paroles, mais de voir l'écrivain se tourner vers son frigo, son cœur lui fit violence. Il baissa la tête un instant et toussa légèrement pour cacher sa gêne. Le paquet de cookies devant lui, il offrir un grand sourire de réconfort et sauta sur les gâteaux. Un vrai estomac sur pattes, il en avala trois sans grâce et sex-appeal. Matthews mangeait comme un ours et il savait aussi que cela amusait souvent la galerie.

Il termina ce qu'il avait dans sa bouche et s'essuya avec sa manche avant de prendre un nouveau cookie. « Pas exactement. » Le grand rouquin croqua violemment dans son encas et se leva. Il commença à se balader entre les bibelots et les meubles, pour finir par cracher le morceau. « Monsieur Flanigan, prenez moi comme votre amant. » Il s'arrêta et fixa avec un œil plus que sérieux l'écrivain. Il laissait passer les possibles moqueries et avait une proposition détaillée prêt dans son petit crâne.

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Ven 3 Fév - 14:54


« Ca me dit pas ce que tu as. » lui dit-il, se fichant bien que ce soit contagieux ou pas. Il avait l'impression que l'homme en face de lui avait une maladie mortelle et cela l'inquiétait. Même si c'était contagieux, l'écrivain savait très bien qu'il n'avait rien attrapé. Ils avaient pris leur précaution et Dionysos avait aussi fait des tests, pour se rassurer encore plus. Il n'était pas du tout habitué à ce genre de situation, il avait toujours été en couple depuis le début de sa sexualité et toujours avec le même homme. Même si il avait toujours refusé de reparler avec son ancien psy jusque aujourd'hui, il l'appréciait toujours et il avait une imagination débordante qui lui faisait penser aux pires scénarios possible. « Dis-moi ce que tu as, s'il te plaît. Je m'en fous que ça soit contagieux. » et il était sincère, pas uniquement parce qu'il savait qu'il n'avait rien mais surtout parce qu'il tenait à Alex.

La situation entre les deux hommes était plus simple. Il restait des non-dit, surtout de la part de Dionysos, mais la situation était bien meilleure. Dionysos s'en voulait toujours d'avoir trompé son copain, pour lui la fidélité était fondamentale dans une relation, et plus que d'avoir trompé physiquement son petit-ami c'était la possibilité de l'avoir trompé affectueusement, de ressentir plus qu'une simple attraction physique et il avait caché cette possibilité dans un recoin de son esprit.

Dionysos sentait ses yeux devenir de plus en plus humides. La vérité pouvait être cruelle, elle l'était. Il avait eu des doutes, il avait préféré ne pas y penser.  Tu … tu as … non … tu as couché avec lui plus d'une fois. » dit-il, partant presque en sanglot à la fin. Ce n'était même pas une question mais une affirmation. Il n'avait pas envie de le croire, Alex devait mentir, c'était obligé. Pourtant il ne lui avait jamais menti. Son cœur se serra plus fortement que jamais. Cette révélation en plus de ce que le psy pensait de lui furent trop. Il se leva et ne revint que plus d'une minute plus tard avec un paquet de cookie et les yeux rouges, retenant les larmes. Il ne fit même pas attention aux manques de manière du trentenaire qui mangeait des cookies comme un porc. Cela aurait pu l'amuser mais il était trop sous le choc. Apprendre une tromperie c'était une chose, apprendre une aventure en était une autre. « Tu savais qu'il était en couple ? » demanda-t-il, il savait déjà que Alexander ignorait qu'il couchait avec son petit-ami mais il savait peut-être qu'il couchait avec homme en couple.

Le psychologue se leva et se balada dans le salon en prenant tout son temps pour dire sa proposition, ne faisant qu'augmenter la curiosité de Dionysos qui eut un rire nerveux en l'entendant. [color=royalblue]« Tu rigoles. » évidemment, il ne rigolait pas. « Pourquoi ? En quoi ça m'aiderait ? Tu es mon voisin, tu veux cacher ça comment ? » Il ne posait que des questions et ne refusait pas clairement. « Et pourquoi tu voudrais ? Tu me connais, je cherche pas du sexe pour du sexe. Il me faut plus que ça. »


Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Ven 3 Fév - 18:52

« On dirait que tu es presque inquiet pour moi, c'est mignon. » Alexander afficha un large sourire pour essayer de dissimuler ce qu'il peinait à dire et ainsi détourner la conversation. Cependant, il entendait la demande de l'écrivain et quand il lui demanda plus poliment, une pulsion en lui le poussa à laisser tomber un instant le masque du joyeux drille pour celui de l'homme plus sérieux. « Écoute...Je te le dirais, c'est promis mais pas comme ça. D'accord ? Et, tu sais que je tiens mes paroles. » Le problème de Matthews n'était pas d'avouer sa maladie, mais surtout de l'expliquer. Il voulait avoir le temps pour que son ancien patient ne pense pas à une immense fumisterie.

Les hésitations dans la voix de Dionysos furent éprouvant pour Alexander. La colère traversa un instant les traits de son visage, il n'était pas en colère contre Dionysos mais pour celui qui n'avait pas été honnête. Il prit une grande inspiration et répondit. « Oui. Il venait régulièrement me voir depuis plusieurs mois. » Par son métier, le psychologue savait que la vérité ne libérait pas, mais elle devait être dite. Il pensait vraiment prendre satisfaction de tout cela. Mais, finalement, il était triste, triste du mal potentiel de cette révélation. Il s'accrocha à ses yeux rouges de son hôte et déglutit tout en terminant les cookies qu'il avait avalé. Il le trouvait tellement attendrissant. Une émotion qu'il n'avait pas ressenti depuis si longtemps. Dionysos le chamboulait et c'est presque naturellement qu'il alla poser sa main sur celle de celui qu'il voyait souffrir pour répondre à sa question. « Non, je ne savais pas qu'il était en couple...Nous discutions pas trop. Pour le reste, tu devrais voir cela avec lui, je pense. »

Peut-être que c'était à présent le bon moment pour annoncer ce qu'il avait longuement réfléchi ? Il offrit un sourire infatigable devant la réaction de l'écrivain qu'il avait prévu. « Je suis très sérieux. » C'est vrai que cela semblait fou comme ça de lui proposer de le prendre comme un amant, mais le psychologue allait s'expliquer. « Voilà, ce que j'ai pensé. Tu l'as avoué toi même, je te plais et tu me plais. En même temps, tu es en couple mais tu as des doutes sur votre avenir. Moi, je suis célibataire mais croqueur d'Homme chronique. Tu es tiraillé, ce que je comprends. Donc, moi je te propose c'est d'avoir le beurre, l'argent du beurre et le cul du crémier.» Il offrit un de ses clins d’œils aguicheurs et se rapprocha. Le trentenaire fit le tour de la table de la cuisine et se posa devant Dionysos sans pourtant le toucher. Il planta ses yeux dans les siens avec un sérieux implacable. « Et, qui te dit que je ne veux que du sexe avec toi ? L'attrait de l'amant, c'est de faire tout ce que tu ne fais pas avec l'autre. On pourra passer la journée au lit ou alors se lover dans un canapé pour regarder un film. On pourra sortir, diner ensemble et même faire découvrir quelque chose à l'autre. Je pense qu'on peut s'apporter beaucoup, je pourrais t'aider à t'ouvrir (sans mauvais jeux de mots) et moi je pourrais reprendre contact avec ma part romantique qui doit être là quelque part. »

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Ven 3 Fév - 19:34


« On dirait pas, je suis inquiet. » lui dit-il mais il n'insista pas devant le sourire d'Alexander, car il connaissait ce genre de sourire pour en avoir plus d'une fois usé d'un mais aussi car il se perdait dans ce sourire. « D'accord, dis-moi quand tu seras prêt. » Il avait vraiment l'impression que son ancien psy souffrait d'une maladie grave, incurable et mortelle. Était-il en phase terminale d'un cancer ? Cette idée lui brisait le cœur. Il ne pouvait pas le forcer à lui révéler sa maladie et il n'avait aucun droit de l'obliger à lui dire, ce n'était pas comme si ils étaient ensemble après tout.

Dionysos ne pouvait pu avoir un seul doute. Avoir des doutes et être sûr de savoir était totalement différent. Son cœur se brisait. Il était certain d'avoir pu pardonner à son petit-ami, avec du temps, mais c'était à son copain de lui faire ce genre de révélation et non pas à son coup d'un soir … enfin son coup régulier. Il en voulait à Alex, pourquoi le faisait-il souffrir ? Pourquoi avait-il couché avec son copain ? Pourquoi devait-il lui dire la vérité ? C'était insensé de lui en vouloir. Ce n'était pas de sa faute, il pensait couché avec un homme célibataire. « J'ai l'impression d'être une fille. » dit-il alors qu'une larme coulait. On lui avait toujours dit que seule les filles pleuraient, il savait que c'était sexiste évidemment mais il se sentait comme une fille pour pleurer à cause de son copain. Non, ex-copain. Il aurait pu accepter de le pardonner mais il avait besoin de la vérité. Honnêteté et fidélité, c'était essentiel à ses yeux. Lui avait tout de suite avoué son erreur, s'en voulant à mort alors que son copain le trompait depuis des mois. « J'ai même pas envie de lui parler. »

Son idée était folle. Il voulait que Dionysos le prenne comme amant. Venant d'Alex, ce n'était pas vraiment étonnant ce genre de proposition mais pourquoi pensait-il que l'écrivain allait accepter ? Okay, il avait envie d'accepter, l avait envie de l'embrasser, de coucher avec lui et à l'instant il avait aussi envie de se faire surprendre par son petit-ami. Il voulait le faire souffrir comme lui souffrait en ce moment cependant il ne voulait pas utiliser Alexander, ce dernier ne méritait pas d'être un pion dans son envie de vengeance. « Je suis tenté, je te jure que je suis tenté mais c'est parce que je suis en colère. J'ai envie de me venger de lui mais je veux pas t'utiliser. Tu mérites mieux que d'être utilisé par moi pour me venger. » lui dit-il en le regardant. Il avait envie de dire oui mais il était trop énervé pour savoir si c'était par vengeance ou pas réelle envie. « Laisse moi le temps de réfléchir. » lui dit-il finalement. Dionysos ne savait pas si il accepterait ou non une fois la colère retombait. En attendant, il était en colère tout de suite et il avait besoin de se venger. Il se leva et prit le visage d'Alex entre ses mains pour venir poser ses lèvres sur celle de son ancien coup d'un soir. C'était un baiser violent, bien loin de ceux qu'ils avaient partagé. Il ne savait pas ce qu'il faisait mais il aimer sentir ses lèvres contre celles d'Alex, c'était tellement différent. Des larmes de colère coulaient sur son visage sans qu'il s'en rend compte. « Fais-moi l'amour, s'il te plaît, fais-moi l'amour. » le supplia-t-il sans le regarder.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Ven 3 Fév - 23:02

« Je le ferrais. Je pense simplement qu'il y a des meilleurs façons d'en parler et je ne suis pas venu pour cela. » Alexander montrait un point de sa personnalité complexe. Il aimait écouter les autres, les conseiller, mais il avait du mal à parler de lui. Comme, si tout sujet qui le touchait n'avait rien d'intéressant. C'était sa manière de cacher ses blessures et de se dissimuler derrière ce masque d'homme joyeux et débonnaire. Mais, quand il faisait une promesse, il la tenait toujours alors il prendrait un jour le temps d'expliquer ce qui le ronge depuis plus de quinze-ans, peut-être pas aussi mortel qu'un cancer, mais tout aussi néfaste.

Le psychologue qu'il était savait comment gérer la douleur et le chagrin. Il connaissait le détachement émotionnel et il avait toujours quelques phrases humoristiques lors de ses séances pour faire rire ses patients tout en gardant un paquet de mouchoir prêt de lui. Cependant, tout en sachant cela, Alexander n'arrivait pas à ne pas être touché par la peine de son voisin. Sa gorge se resserra et déglutir fut de plus en plus difficile alors qu'il continuait d'essayer de le soutenir par ce regard et cette main sur la sienne. « Dis pas cela. Il n'y a aucune honte. Tu es quelqu'un de sensible et d'émotif. C'est ce que j'aime chez toi. » Il resserra son emprise sur cette main que le trentenaire essayait de réchauffer par ses paroles. Car, pour lui, Dionysos avait des qualités qui le rendait en tout point charmant et surtout attachant. Pour, ses problèmes de communication avec son petit ami, par contre, il ne pouvait que lui conseiller de pas se taire. « Tu devrais pourtant. C'est important que tu puisses t'exprimer. »

« On est tous des pions dans les mains des autres d’après Freud. Mais, je comprends. Je veux pas avoir l'air d'à nouveau te manipuler.Ma proposition reste ouverte, après tout, tu sais où frapper si tu te décides ? » Alexander avait été poussif lors de leur première nuit ensemble. Il n'y avait eu aucun abus mais tout simplement une envie plus poussée de faire avancer les choses rapidement. Ici, il voulait laisser le temps à Flanigan de peser le pour et le contre. Après tout, il le poussait à l'adultère et en plus de façon répété. En se rapprochant, le trentenaire avait posé la cuillère qu'il avait gardé dans sa bouche et était prêt à tourner les talons. C'est donc surprit à regarder sa monstre que la bouche de Dionysos sauta sur la sienne. L'écrivain savait ce qu'il venait de déclencher, lui qui avait promis d'être sage ?

Les pulsions les plus primaires explosèrent dans ses reins et c'est dans une férocité incontrôlable que le rouquin attrapa le corps de son hôte pour le plaquer contre la table de la cuisine. Il s'enfonça dans sa bouche. Il laissa ses mains descendre dans ce dos à sa merci pour le soulever et le posa sur la table dans la même impulsion. Tout son corps appelait au Sexe, Sexe, Sexe, Sexe, mais quand il croisa les larmes de Dionysos. Il chassa ses larmes de ses doigts et l'embrassa sur les paupières. « J'aime pas te voir comme ça...Cela va me faire du mal de te demander ça et oublie mon érection quelques secondes...Mais, tu ne préférais pas plutôt un câlin ? Te blottir dans mes bras et te laisser aller ? »

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   Ven 3 Fév - 23:25


Alexander ne voulait pas en parler et Dionysos ne le forcerait pas à le faire, il voulait que le psy lui en parle et il attendrait que ce dernier soit prêt. Il ne se doutait absolument pas de sa maladie et il serait sans doute étonné sans vraiment l'être. Alex ne cachait pas son penchant pour le sexe mais pas au point où cela peut lui gâcher sa vie.

Dionysos avait dû mal à réaliser à quel point sa relation amoureuse était devenue désastreuse. Il ne pourrait pu jamais faire confiance à son petit-ami, et difficilement à tout autre homme probablement. Il se demandait ce qu'il avait bien pu faire, ou au contraire ne pas faire, pour que son copain soit aller jusqu'à entretenir une relation avec un autre. Il sourit légèrement face aux paroles réconfortantes du trentenaire, il obligea son esprit à comprendre apprécier et non aimer comme voulait sûrement dire Alexander. « J'ai pas envie de lui parler, j'ai bien envie de lui faire des choses mais parler n'en est pas une. » dit-il. Il avait envie d'exploser, de jeter toutes ses affaires, de brûler les photos où il était dessus, de le frapper. C'était excessif et clairement pas lui-même mais il était en colère. La colère serait redescendue suffisamment au retour de l'homme avec qui il avait partagé tant d'années. [color=royalblue]« Mais j'essayerais de parler. » Il ne pouvait pas promettre de parler, mais au moins il essayerait. Alex était de bon conseil.

« J'ai pas peur que tu me manipules mais de l'inverse. Je veux pas jouer avec toi. » dit-il, hochant simplement la tête pour lui dire qu'effectivement il savait où frapper quand il aurait pris sa décision. Il viendrait le voir pour lui dire en face sa réponse, que ce soit positif comme négatif. Il était déjà parti sans rien lui dire une fois et même si il ne comptait pas partir, Alex devait connaître la réponse.

Dionysos était triste, en colère et terriblement attiré par le psy. En temps normal, il savait parfaitement se contrôler, du moins assez bien, mais il n'était pas dans son état normal. Il embrassa alors Alex, un baiser violent. Il avait entre ses mains le visage du trentenaire qui n'avait donc aucune chance de refuser se baiser même si c'était une option peu probable. Alex prit alors le contrôle et plaqua Dionysos contre la table de la cuisine alors qu'il donna plus d'intensité dans le baiser. Dionysos avait envie de sentir plus que ses lèvres, il voulait sentir sa peau contre la sienne, ses mains le caresser, le sentir en lui. Il lui demanda de lui faire l'amour, il le supplia plutôt. C'est alors qu'Alex s'arrêta, se rendant compte que ce serait une erreur. Dionysos lui était reconnaissant mais il était aussi en colère de se faire rejeter. Il sourit à ses paroles. Il sentait effectivement l'érection du psy qui sentait très bien la sienne aussi. Alexander qui le chauffait dès que possible, Alexander qui venait de lui demander d'être son amant, Alexander venait de lui demander de ne pas coucher ensemble et de simplement se blottir entre ses bras. C'était surprenant et plaisant. Dionysos posa un délicat bisou sur ses lèvres et essaya de se lever de la table mais cela ne fit que frotter leur érection et le rendre rouge pivoine. « D'accord, ça sera mieux. Allons sur le canapé. » Il attendit ensuite que le psy bouge avant de pouvoir bouger à son tour.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Back off, please [FINI]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Back off, please [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
VI. OK DUDE, LET'S HAVE FUN FOR A WHILE
 :: the end :: sujets rp
-